Budget de l'UE 2021-2027 : Les fonds du plan de relance doivent être mobilisés dès que possible 

 
 

Partager cette page: 

Avec un accord sur le budget de l'UE 2021-2027, les fonds de relance devraient être versés dès que possible, a déclaré le président de la commission des budgets, Johan Van Overtveldt.

Interview avec Johan Van Overtveldt  

Le président de la commission des budgets, Johan Van Overtveldt (ECR, Belgique) a qualifié l'accord conclu avec le Conseil sur le budget à long terme de « plutôt réussi » et de « positif ». Cependant, M. Van Overtveldt a reconnu, à l’occasion d’un direct sur la page Facebook du Parlement européen, que plusieurs obstacles devraient être surmontés avant que les fonds du plan de relance ne commencent à bénéficier aux citoyens et aux entreprises en Europe. Il a également appelé le Conseil et les pays de l'UE à finaliser le processus.


Selon M. Van Overtveldt, le Parlement a l'intention de donner son feu vert au budget à long terme lors de la session plénière de fin novembre. Le député européen a tenu à préciser que le Parlement n'a jamais cherché à ralentir le processus : « Il a été dit ces dernières semaines que le Parlement est responsable des retards. Il faut arrêter ça ! Cela n'a jamais été le cas et ce n'est certainement pas le cas actuellement ».


Le président de la commission des budgets a expliqué que c'est à présent au tour du Conseil et des États membres d’approuver le plan de relance européen, pour lequel l'unanimité des vingt-sept est nécessaire ainsi que la ratification de la décision d’emprunter des fonds sur les marchés financiers dans tous les pays de l'UE. M. Van Overtveldt a reconnu que, dans le meilleur des cas, la Commission pourrait commencer à emprunter au début du printemps prochain.


Il a également évoqué la lettre que le Premier ministre hongrois, Viktor Orbán, a adressée au président du Conseil européen, Charles Michel. Dans cette lettre, il menace de mettre son veto à l’accord sur le budget de l’UE si les règles visant à cesser de financer les gouvernements qui ne respectent pas l'état de droit sont maintenues.


« Nous savons qu'il y a un problème avec M. Orbán et [les règles visant à protéger] l'état de droit, mais vous ne pouvez pas laisser le reste de l'Europe attendre les 750 milliards d'euros nécessaires pour lutter contre cette pandémie. Il y a des millions d'emplois en jeu aujourd'hui et chaque jour perdu est terrible pour toutes les personnes vivant dans l'incertitude et pour toutes les entreprises au bord de la faillite ».

Le président de la commission des budgets a détaillé les augmentations obtenues par le Parlement pour les programmes clés de l'UE dans des domaines tels que la santé, la recherche et les jeunes.

Il a souligné que l’accord conclu avec le Conseil permet au Parlement de jouer un rôle plus important en tant qu’autorité budgétaire de l’UE sur la surveillance de la manière dont les fonds de relance sont dépensés. « Ce n’est pas une question de droits, le Parlement a le devoir d’exercer un contrôle sur les dépenses » a déclaré Johan Van Overtveldt.