Pauvreté des travailleurs : ce que demandent les députés 

 
 

Partager cette page: 

Pauvreté des travailleurs : un travailleur "atypique" à vélo, effectuant une livraison - © AdobeStock/Bluraz  

Afin de lutter contre la pauvreté des travailleurs, les députés demandent un salaire minimum et plus de soutien pour les personnes à risque comme les femmes et les travailleurs atypiques.

Près de 10% des travailleurs de l’UE vivent dans la pauvreté et 21,7% de la population de l’Union européenne est menacée de pauvreté ou d’exclusion sociale. En plus de cela, la crise que nous traversons actuellement exacerbe les inégalités et risque de faire basculer d’avantage d’Européens vers la précarité.


Pour lutter contre ces inégalités, les députés européens ont appelé la Commission européenne et les pays de l’UE à inclure la prévention de la pauvreté des travailleurs dans leur objectif global visant à en finir avec la pauvreté dans l’Union. En effet, le principe selon lequel « le travail est le meilleur remède à la pauvreté » ne s’applique pas aux secteurs à bas salaires ni aux personnes exerçant un travail précaire ou atypique.


Dans un rapport adopté le 9 février (365 votes en faveur, 118 contre et 208 abstentions), les députés européens demandent que le montant du salaire minimum soit relevé au-dessus du seuil de pauvreté.


Apprenez-en plus sur le travail de l’UE pour protéger les droits des travailleurs.

Directive européenne sur le salaire minimum


Les députés ont salué la proposition de la Commission pour des règles européennes sur un salaire minimum adéquat et l’ont qualifiée d’étape importante pour s’assurer que tout citoyen puisse vivre dignement grâce à son emploi et participer à la société.


Ils ont également souligné que les employeurs ne devraient pas déduire du salaire minimum les frais nécessaires à l’exécution du travail (frais de logement, coût du matériel).

Salaire minimum dans l'Union européenne 
  • 21 pays de l’UE disposent d'une législation nationale établissant un salaire minimum 
  • 6 pays (Danemark, Italie, Chypre, Autriche, Finlande et Suède) ont fixé un salaire minimum protégé par des accords collectifs 

Des conditions de travail égales pour les travailleurs des plateformes


Afin de lutter contre la pauvreté des travailleurs, les députés ont déclaré que le cadre législatif européen sur des conditions de travail minimales devait être étendu à tous les travailleurs, y compris aux travailleurs atypiques de l’économie numérique, qui travaillent souvent dans des conditions précaires.


Selon les députés, ces travailleurs devraient également être protégés par la législation du travail et par les dispositions existantes en matière de sécurité sociale.



Risque de pauvreté plus élevé pour les femmes


Dans l’Union européenne, les femmes peuvent gagner jusqu’à 15% moins que leurs homologues masculins, entre autres, en raison de leur participation plus faible dans le marché du travail. Les députés ont pressé les pays de l’UE à mettre en œuvre la directive sur l'équilibre entre vie professionnelle et vie privée afin de régler ce problème.


Les femmes étant plus exposées au risque de pauvreté que les hommes, les députés ont aussi demandé une action rapide pour mettre fin à l’écart salarial entre les sexes et garantir un accès abordable et de qualité aux services de garde d’enfant.