Discrimination dans les assiettes européennes 

 
 

Partager cette page: 

Attention, les ingrédients d'un même produit ne sont pas les mêmes dans les différents pays européens. ©BELGA/Belpress  

Savez-vous que les Européens ne mangent pas tous le même Nutella ? La recette de la fameuse pâte à tartiner diffère selon les pays. Les usines adaptent ainsi leur produit par rapport au pouvoir d'achat, aux goûts et aux traditions des consommateurs. Ceci soulève la question de la discrimination et de la qualité des aliments, notamment en Europe centrale et orientale, signale la députée Elena Oana Antonescu (Parti populaire).

Une étude conduite par l'Association slovaque des consommateurs révèle que les ingrédients des produits de Coca-Cola et de Nescafé varient selon les pays de l'Union européenne (UE), Milka étant la seule marque à utiliser une recette identique dans les huit pays étudiés.


A l'occasion d'un échange de vues avec la commission parlementaire de l'environnement la semaine dernière, un représentant de la Commission européenne a expliqué que l'UE ne pouvait pas intervenir dans la détermination des recettes mais que les consommateurs devraient être tenus informés de la composition de ce qu'ils consomment.


Le Hongrois János Áder (Parti populaire) a dénoncé cette pratique de publicité mensongère. Il a expliqué que certains industriels ont avoué avoir utilisé des ingrédients de qualité inférieure pour les marchés d'Europe de l'Est, sans le mentionner aux consommateurs.


Et l'Europe dans tout ça ?


La Roumaine Elena Oana Antonescu a soutenu que les consommateurs étaient conscients de la différence de qualité des produits alimentaires et qu'ils devraient être traités de manière égale partout en Europe. Selon elle, « une législation européenne devrait sanctionner les comportements discriminatoires ». Elle encourage la Commission européenne à rapidement « mener davantage de sondages et d'études sur le sujet ».


Le Tchèque Pavel Poc (Socialistes et Démocrates) a quant à lui indiqué qu'il était interrogé sur le problème de manière récurrente. Un de ces électeurs s'est ainsi interrogé sur « l'utilité de l'UE si elle n'est même pas capable de protéger ses consommateurs ».