Les réponses de l’Union européenne face au défi migratoire 

Mis à jour le: 
 
Créé le:   
 

Partager cette page: 

Le défi migratoire a mis en lumière les faiblesses du système d'asile européen. Découvrez les réponses apportées par l’Union européenne.

Des réfugiés syriens interceptés par des garde-côtes grecs en Méditerranée - © UNHCR/Andrew McConnell  

En 2015, 1,83 million de franchissements illégaux des frontières extérieures de l'Union européenne ont été enregistrés. Alors que ce chiffre est tombé à 141 700 en 2019, le Parlement a développé une série de propositions ces dernières années pour remédier aux lacunes de la politique d'asile et de migration de l'UE : réformer le système d’asile, renforcer les frontières extérieures et promouvoir une meilleure intégration des réfugiés en Europe.



Consolider le régime d’asile et partager les responsabilités entre États membres

Suite à la crise des réfugiés de 2015, la Commission a présenté des propositions pour réformer le régime d’asile européen commun en 2016, y compris une réforme du système de Dublin afin de mieux répartir les demandeurs d’asile parmi les pays de l’UE. Les États membres ne sont toutefois pas parvenus à un accord sur les propositions sur le partage des responsabilités.

Le 23 septembre, la Commission a proposé un nouveau Pacte sur le migration et l’asile qui établit de procédures améliorées et plus rapides pour tout le système de migration et d’asile de l’UE. Le nouveau pacte révise le règlement de Dublin, qui détermine l’État membre responsable du traitement d’une demande d’asile, en général le pays d’entrée de la personne.

En savoir plus sur le nouveau Pacte sur la migration et l’asile et la réaction des députés.

En novembre 2017, le Parlement européen a confirmé son mandat pour des négociations inter-institutionnelles avec les gouvernements de l'Union européenne sur une réforme des règles du Dublin. Cependant, les gouvernements européens ont été incapables de se mettre d'accord et de parvenir à une position sur les propositions. Les discussions n'ont donc pas encore été entamées entre le Parlement européen et le Conseil. Apprenez-en plus sur les propositions du Parlement européen concernant le système de Dublin.

En plus d’une réforme du Système de Dublin, le Parlement travaille à renforcer les contrôles aux frontières extérieures et à améliorer la capacité des États membres à identifier les personnes entrant en Europe.

Durant la législature 2014 - 2019,  les députés ont travaillé sur de nouvelles règles européennes visant à mieux distinguer les migrants en situation irrégulière des réfugiés et à assurer un traitement juste et équitable des demandeurs d’asile.

Pour en savoir plus, consultez notre page sur le régime d’asile européen commun.

Sécuriser les frontières extérieures et gérer les flux migratoires



Les autorités nationales en charge des frontières extérieures sont souvent débordées face à l'afflux de migrants. C'est la raison pour laquelle le Parlement a appelé à un renforcement de l’agence européenne de gestion des frontières Frontex.

En décembre 2015, la Commission a proposé la création d’un corps européen de garde-frontières et de garde-côtes. L’objectif est de renforcer la gestion et la sécurité des frontières extérieures tout en soutenant les garde-côtes nationaux. Cette nouvelle agence a été lancée en octobre 2016.

Le nouveau système de migration et d’asile proposé par la Commission en septembre 2020 veut introduire un nouveau système de contributions flexibles et rendre la solidarité avec les pays de l’UE en première ligne obligatoire lorsqu’ils se retrouvent « sous pression » face au flot d’arrivants. La proposition veut aussi ouvrir de nouvelles voies migratoires légales, faciliter la coopération avec les pays tiers et garantir une procédure de demande d’asile plus rapide aux frontières - y compris des retours prompts pour les demandeurs d’asile refoulés. Le Parlement et les États membres (Conseil) devront parvenir à un accord sur ces nouvelles propositions en tant que co-législateurs.


Les députés ont également soutenu une proposition visant à transformer l’actuel Bureau européen d’appui en matière d’asile en agence européenne pour l’asile. L'Agence faciliterait le fonctionnement du régime d'asile européen commun et permettrait d'assurer la convergence dans l'examen des demandes d'asile dans l'Union européenne. Apprenez-en plus sur la proposition et sur la position du Parlement européen.

Lors d'un vote en 2019, le Parlement a soutenu l'augmentation du financement destiné à la migration et à la gestion des frontières pour la période 2021-2027, par rapport au budget pour 2014-2020. La part du budget de l’UE qui sera allouée au fonds pour les sept prochaines années est en train d’être négociée.




Pour en savoir plus, consultez notre page sur la gestion des frontières européennes.


Encourager l’intégration des réfugiés



L’Union européenne travaille à une meilleure intégration des migrants en Europe. Le Fonds Asile, Migration et Intégration, mis en place pour la période 2014-2020 (3, 137 milliards) promeut la gestion efficace des flux migratoires et l'implémentation et le renforcement d'une approche européenne commune concernant l'asile et l'immigration.

Avec le nouveau Pacte sur la migration et l’asile, la Commission prévoit un Plan d’action sur l’intégration et l’inclusion pour 2021 - 2024.



Le Parlement souhaite accorder plus de financements aux programmes visant à créer de nouvelles opportunités pour les groupes vulnérables, en particulier pour les réfugiés.

Consultez notre page consacrée à l’intégration des réfugiés en Europe.

En savoir plus sur la migration en Europe