L'immigration dans l'Union européenne 

Mis à jour le: 
 
Créé le:   
 

Partager cette page: 

L’immigration représente des défis et des opportunités pour l'Europe. Découvrez comment l'Union européenne gère les mouvements de réfugiés et l'asile.

Des migrants afghans arrivant en Grèce depuis la Turquie - ©UNHCR/Achilleas Zavallis  

En 2015, l’Union européenne a fait face à une forte augmentation des demandes d’asile. Ce phénomène a demandé une réponse européenne à divers niveaux. Premièrement, des politiques de gestion de l'immigration régulière et irrégulière, et deuxièmement, des règles communes européennes en matière d'asile. L’afflux de migrants a également mis en lumière la nécessité de prendre des mesures additionnelles et de mettre en place des réformes pour assurer la sécurité des frontières extérieures ainsi que la juste répartition des demandeurs d’asile entre les différents États membres.

Le défi migratoire

Ces dernières années, l’Europe a fait face au plus grand défi migratoire depuis la seconde guerre mondiale. En 2015, 1,25 million de nouveaux demandeurs d'asile étaient enregistrés dans l'Union européenne ; en 2018, ce chiffre est tombé à 581 000. En 2018, le nombre total de franchissements illégaux des frontières européennes a chuté à 150 114, le niveau le plus bas depuis cinq ans, ce qui représente une diminution de 92% par rapport au pic de migration de 2015.

Alors que les flux migratoires ont diminué, les récents mouvements migratoires ont mis en évidence les lacunes du système d'asile européen. Le Parlement européen souhaite réformer les règles d’asile européennes et dans le même temps, renforcer la sécurité des frontières.


Apprenez-en plus sur l'immigration dans l'Union européenne et sur l’action européenne.


La politique d’immigration de l’Union européenne

La politique d’immigration européenne couvre à la fois l’immigration régulière et irrégulière.

En ce qui concerne l’immigration régulière, l’Union européenne décide des conditions d’entrée régulière et de séjour des migrants. Les États membres conservent le droit de statuer sur le nombre d’admissions de ressortissants de pays tiers venant chercher du travail en Europe.

L’Union européenne se penche également sur la question de l’immigration irrégulière, en particulier à travers une politique des retours en accord avec le respect des droits fondamentaux. S’il n’existe pas d’harmonisation des législations nationales en matière d’intégration des migrants, l’Union européenne peut jouer un rôle de soutien, en particulier financier.

Les députés jouent un rôle actif dans l’adoption de nouvelles législations autour de l’immigration régulière et irrégulière. Depuis l’entrée en vigueur du traité de Lisbonne en 2009, le Parlement est en effet co-législateur, à égalité avec le Conseil qui représente les États membres sur cette question.

Pour en savoir plus, consultez notre fiche technique sur la politique d’immigration de l’Union européenne.



Le droit d’asile dans l’Union européenne

L’Union européenne travaille à la création d’un système européen commun d’asile depuis 1999. Pour être efficace, celui-ci devrait inclure :


  • des règles cohérentes pour l’octroi du statut de réfugié dans tous les États membres ;
  • un mécanisme de détermination de l’État membre responsable de l’examen d’une demande ;
  • des normes relatives aux conditions d’accueil ;
  • le partenariat et la coopération avec des pays tiers.

Depuis le traité de Lisbonne, le Parlement européen décide sur un pied d’égalité avec le Conseil de l’Union européenne des règles européennes en matière d’asile.

Pour plus d’informations, consultez notre fiche technique sur la politique d’asile de l’Union européenne.