Changement climatique : mieux utiliser les forêts de l'UE comme puits de carbone 

Mis à jour le: 
 
Créé le:   
 

Partager cette page: 

Découvrez comment l'UE veut utiliser le pouvoir d'absorption du CO2 des forêts pour lutter contre le changement climatique et réduire encore davantage son empreinte carbone.

L'UE a lancé plusieurs initiatives pour réduire ses émissions. Les forêts jouent un rôle crucial dans la capture du dioxyde de carbone de l'atmosphère qui, autrement, contribuerait au réchauffement de la planète. L'UE élabore donc des règles visant à accroître ses puits de carbone.

Le 8 juin, le Parlement a voté en faveur d'une mise à jour des règles régissant le secteur de l'utilisation des terres, du changement d'affectation des terres et de la foresterie.

Découvrez les principaux faits et chiffres concernant les forêts des pays de l'UE et ce que le Parlement propose pour renforcer leur capacité à capturer le dioxyde de carbone dans l'atmosphère.

 

L'importance des forêts dans l'UE : faits marquants

 

Les forêts de l'UE absorbent chaque année l'équivalent de 7 % des émissions totales de gaz à effet de serre de l'UE.

L’Union européenne compte 159 millions d’hectares de forêts. Au total, les forêts et autres surfaces boisées couvrent 43,5 % de l'ensemble du territoire européen. La couverture forestière peut varier considérablement d'un État membre à l'autre, d'un peu plus de 10 % à Malte à près de 70 % en Finlande.

En plus de servir de puits de carbone, les forêts fournissent de nombreux services écosystémiques : elles contribuent à protéger les sols de l'érosion, font partie du cycle de l'eau, protègent la biodiversité en offrant un habitat à de nombreuses espèces et régulent le climat local.

Les forêts occupent 43,3 % des terres de l'UE-27.  

Quels secteurs sont affectés par cette législation ?

 

Les plans révisés concernent le secteur de l'utilisation des terres, du changement d'affectation des terres et de la sylviculture. Cela concerne principalement les terres forestières et les terres agricoles, ainsi que les terres dont l'utilisation a changé vers, ou depuis, l'une de ces utilisations.

Ce secteur émet néanmoins des gaz à effet de serre, quand il y a notamment un changement dans l'utilisation des terres. Les forêts sont ainsi utilisées pour autre chose et peuvent devenir des terres arables quand les arbres sont coupés, ou bien des terres agricoles pour l'élevage de bétail.

Cependant, c'est aussi le seul secteur qui permet l'élimination du CO₂ de l'atmosphère, principalement grâce aux forêts.

 

Que demande le Parlement ?

 

Les députés veulent augmenter les puits de carbone naturels de l'UE, par exemple en restaurant les zones humides et les tourbières, en reboisant et en mettant fin à la déforestation. Cela conduirait de facto à une réduction des émissions de l'UE encore plus importante que l'objectif de 55% fixé pour 2030.

La proposition de la Commission d'inclure les émissions non-CO2, comme le méthane (provenant du bétail) et les oxydes nitreux (provenant des sols), de l'agriculture dans le secteur de l'utilisation des sols n'a pas reçu le soutien des députés. Ils considèrent que les absorptions par les puits de carbone - volatiles et fragiles par nature - ne devraient pas être utilisées pour compenser d'autres émissions. La priorité doit rester la réduction drastique des émissions des autres secteurs.

Le Parlement souhaite que la Commission fixe aux États membres des objectifs d'élimination dans le secteur de l'utilisation des terres, du changement d'affectation des terres et de la foresterie (LULUCF) tous les cinq ans à partir de 2035.

Les députés proposent également d'accorder aux États membres plus de flexibilité pour atteindre les objectifs s'ils ont été affectés par des perturbations naturelles telles que des incendies de forêt, des parasites ou des tempêtes.

Les efforts de l'UE pour réduire les émissions de gaz à effet de serre

 

La révision des règles relatives à l'utilisation des sols et à la sylviculture fait partie du paquet "Fit for 55". Ce paquet vise à atteindre l'objectif européen de réduction des émissions de gaz à effet de serre d'au moins 55 % d'ici à 2030, comme le prévoit la loi sur le climat.

Les autres textes législatifs du paquet comprennent des propositions sur l'échange de droits d'émission, le partage de l'effort entre les pays de l'UE, les émissions des voitures, les énergies renouvelables et l'efficacité énergétique, entre autres.

Cet article a été initialement publié le 13 septembre 2017 et est mis à jour de temps à autre.