Gestion des déchets dans l’UE : faits et chiffres (infographie) 

Mis à jour le: 
 
Créé le:   
 

Partager cette page: 

Consultez notre infographie et découvrez comment les Européens gèrent leurs déchets municipaux, en majorité générés par les ménages.

Même si les déchets ménagers représentent moins d’un dixième des 2,5 milliards de tonnes de déchets générés annuellement par l’UE, ils sont très visibles et sont d’une nature complexe.

 

En 2018, l'UE a fixé de nouveaux objectifs ambitieux en matière de recyclage, de déchets d'emballage et de mise en décharge. Le but de ces nouvelles règles est de favoriser le passage à un modèle plus durable connu sous le nom d'économie circulaire. En mars 2020, la Commission européenne a dévoilé un plan d'action pour une économie circulaire qui vise à réduire les déchets par une meilleure gestion des ressources. Le Parlement devrait voter un rapport d'initiative sur le plan d'action au début de 2021.

En février 2021, le Parlement a voté en faveur du plan d'action pour l'économie circulaire et a appelé à des mesures supplémentaires pour atteindre une économie neutre en carbone, durable, non toxique et entièrement circulaire d'ici 2050. Celles-ci devraient inclure des lois plus strictes sur le recyclage et des objectifs contraignants d’ici 2030 pour l’utilisation des matières premières et l’empreinte de consommation

Les déchets dans l’UE


Entre 2005 et 2018, la quantité moyenne de déchets ménagers par habitant a diminué dans l’Union européenne. Cela dit, les tendances varient fortement selon les pays. Alors qu’au Danemark, en Allemagne, en Grèce, en République tchèque et à Malte une augmentation a été observée, la quantité de déchets générés en Espagne, en Bulgarie, en Hongrie, en Roumanie et aux Pays-Bas a diminué.

 

Les États les plus riches produisent généralement plus de déchets par habitant. Il est à noter aussi que le tourisme a une forte influence sur les chiffres à Chypre et à Malte par exemple.

 

 


Gestion des déchets

 

L’Union européenne veut mettre l’accent sur la prévention des déchets et sur la réutilisation des produits. En effet, éviter la création de déchets est l’option la plus favorable pour l’environnement. Pour les déchets existants, le recyclage (par exemple le compostage) est à privilégier ou, comme deuxième option, l’incinération des déchets pour produire de l’énergie. L’option la plus dommageable pour l’environnement et pour la santé publique reste le dépot des déchets en décharge.

 

Selon des statistiquesdatant de 2017, 46% des déchets ménagers générés dans l’Union européenne sont recyclés ou compostés. Cela dit, la gestion des déchets varie fortement d’un État membre à un autre et certains pays ont encore recours aux sites d'enfouissement pour se débarrasser d'une grande partie de leurs déchets ménagers.

 

La mise en décharge des déchets n’est presque plus pratiquée dans le nord-ouest de l’Europe (Belgique, Pays-Bas, Danemark, Suède, Allemagne, Autriche, Finlande) où l’incinération et le recyclage sont privilégiés. L’Autriche et l’Allemagne sont également les champions européens du recyclage.

 

Par contre, ce type de traitement reste populaire dans les pays de l’est et du sud de l’Europe. 80% des déchets sont mis en décharge à Malte, en Grèce, à Chypre et en Roumanie contre 60% en Croatie, en Lettonie, en Slovaquie et en Bulgarie et plus de la moitié en Espagne, en Hongrie, en République tchèque et au Portugal.

 

D’autres pays tels que l’Estonie, le Luxembourg, la France, l’Irlande, la Slovénie, l’Italie, le Royaume-Uni, la Lituanie et la Pologne ont recours à l’incinération mais mettent toujours à peu près un tiers de leurs déchets en décharge. Ces pays, à l’exception de l’Estonie, recyclent plus de 40% de leurs déchets ménagers.

 

Entre 2006 et 2017, la quantité de déchets mis en décharge a fortement diminué en Estonie (60 points de pourcentage), en Finlande (57 points de pourcentage), en Slovénie (69 points de pourcentage), en Lituanie (65 points de pourcentage) et en Lettonie (64 points de pourcentage).