Pollution marine : données, conséquences et nouvelles règles européennes (infographie) 

Mis à jour le: 
 
Créé le:   
 

Partager cette page: 

La nouvelle législation approuvée par le Parlement interdit les produits plastiques à usage unique tels que les couverts, les assiettes, les pailles et les cotons-tiges. Apprenez-en plus.

Pollution marine : données, conséquences et nouvelles règles européennes ©AP Images/European Union-EP  

Chaque année, entre 4,8 et 12,7 millions de tonnes de plastique terminent dans les océans. Selon les estimations de la fondation Ellen Macarthur, les océans pourraient contenir plus de plastique que de poissons d'ici 2050.


Les plastiques sont l'un des sept domaines considérés comme cruciaux par la Commission européenne pour parvenir à une économie circulaire dans l'UE d'ici 2050. Outre la stratégie européenne sur les matières plastiques dans une économie circulaire, qui éliminerait progressivement l'utilisation des microplastiques, la Commission devrait présenter davantage de propositions pour lutter contre les déchets plastiques, y compris les microplastiques, plus tard cette année.


Apprenez-en plus sur le travail de l'UE pour lutter contre la pollution plastique.

Pour que ces déchets cessent de contaminer les océans et de polluer les plages, la commission de l’environnement a approuvé de nouvelles règles en mars 2019 pour s'attaquer aux produits en plastique à usage unique les plus retrouvés sur les côtes européennes. Ces derniers, avec les déchets résultant de la pêche, représentent 70% de la pollution marine.



Agrandir l'image: infographie sur les plastiques à usage unique 
infographie sur les plastiques à usage unique        
Plastiques à usage unique - Réduire la pollution marine  

Problèmes causés par les déchets plastiques dans l’océan

 

Les plastiques ne contaminent pas seulement les côtes. En effet, ils affectent toute la faune marine. Les animaux se coincent dans les plus grands déchets et confondent les petits fragments de plastique avec de la nourriture, ce qui peut provoquer leur intoxication et leur coûter la vie.

Les humains ingèrent eux aussi ce plastique qui se retrouve dans la chaîne alimentaire. Cependant, les conséquences que cela entraîne ne sont toujours pas clairement connues.

En plus de cela, les déchets marins provoquent des pertes économiques pour les secteurs qui dépendent de la mer et pour la production en général : seulement 5% de la valeur des contenants en plastique restent dans l’économie. Le reste termine à la poubelle : ce qui confirme la nécessité de passer à une approche circulaire.


Les différents déchets marins

 

Que faut-il faire ?

 

La façon la plus simple de supprimer ce problème est d’éviter que les plastiques ne terminent dans l’océan.

Les plastiques à usage unique comme les couverts, les bouteilles, les pailles, les cotons-tiges et les filtres de cigarette, sont responsables de 50% de la pollution marine.


Les 10 produits les plus fréquemment retrouvés sur nos plages

 

Agrandir l'image: Sea waste 
Sea waste        
Les 10 produits les plus fréquemment retrouvés sur nos plages  

Les nouvelles mesures

 

Une interdiction des plastiques à usage unique pour lesquels d’autres alternatives sont disponibles tels que : les couverts (couteaux, cuillères, fourchettes, baguettes) et les assiettes, les cotons-tiges, les pailles, les touillettes et les tiges à ballons. Les députés y ont ajouté les oxo-plastiques et certains polystyrènes a été approuvée par les députés européens. 


D'autres mesures ont également été approuvées lors d'un vote le 27 mars à Strasbourg. Les voici : 


  • Une application renforcée du principe ‘‘pollueur payeur’’, entre autres pour l'industrie du tabac, en responsabilisant davantage les producteurs. Ce nouveau régime s’appliquera également aux engins de pêche, afin de s’assurer que les fabricants, et non les pêcheurs, supportent les coûts de collecte des filets perdus en mer.
  • Des objectifs de ramassage de 90% des bouteilles en plastique d’ici 2029 (par exemple, en introduisant des systèmes de consigne).
  • Les bouteilles en plastique devront être composées d’au moins 25% de contenu recyclé d’ici 2025, et 30% d’ici 2030.
  • Prévoir des exigences de marquage pour les serviettes et les tampons hygiéniques ainsi que pour les filtres à cigarette, les gobelets en plastique, les lingettes humides pour informer les consommateurs de leur impact environnemental négatif.
  • Continuer à informer sur l’importance du recyclage.




Pour les engins de pêche, qui représentent 27% des déchets marins, les producteurs devraient couvrir les coûts de gestion des déchets des installations de réception portuaires. Les pays de l'UE devraient également collecter au moins 50% des engins de pêche perdus par an et en recycler 15% d'ici 2025.


Impact des déchets marins sur la pêche


Dans une résolution adoptée le 25 mars, le Parlement européen appelle à des mesures pour réduire d'urgence les déchets marins, y compris davantage de restrictions sur les plastiques à usage unique et une augmentation de l'utilisation de matériaux fabriqués de manière durable.


Les députés ont souligné la façon dont les déchets marins endommagent les écosystèmes et nuisent aux consommateurs ainsi qu'aux activités de pêche et aux pêcheurs.

730  ; tonnes de déchets sont déversées en Méditerranée chaque jour

Partager cette citation: 

Les déchets de la pêche et de l'aquaculture représentent 27% des déchets marins. Pour lutter contre le phénomène des « engins fantômes » (engins de pêche perdus ou abandonnés en mer), les députés souhaitent une système de cartographie, des rapports et du suivi ainsi que des investissements dans la recherche et l'innovation pour développer des équipements de pêche respectueux de l'environnement. Ils demandent également à la Commission de proposer de supprimer progressivement les contenants et emballages des produits de la pêche en polystyrène expansé , ainsi que tous les plastiques et emballages inutiles en général.


Les députés souhaitent également voir un angle maritime renforcé dans le pacte vert européen, la stratégie pour la biodiversité et la stratégie de la ferme à l'assiette et demandent à la Commission d'accélérer le développement d'une économie circulaire dans le secteur de la pêche et de l'aquaculture.