Prix Sakharov 2020 : qui sont les nominés ? 

Mis à jour le: 
 
Créé le:   
 

Partager cette page: 

Jewher Ilham reçoit le Prix Sakharov 2019 au nom de son père, Ilham Tohti  

Découvrez les noms des nominés du prix Sakharov pour la liberté de l’esprit du Parlement européen de cette année.

Le Parlement européen décerne chaque année le Prix Sakharov à des personnalités et des organisations exceptionnelles qui défendent les droits de l'homme et les libertés fondamentales. Le lauréat de l’année 2019 était Ilham Tohti, économiste ouïghour qui lutte pour les droits de la minorité ouïghoure en Chine.

Les nominations pour le prix Sakharov peuvent être suggérées par les groupes politiques et/ou par des groupes d'au moins 40 députés.

Les groupes politiques ont présenté les nominés de cette année los d’une réunion conjointe des commissions affaires étrangères et du développement, accompagnées de la sous-commission droits de l’homme à Bruxelles le 28 septembre 2020.


Les nominés pour le Prix Sakharov 2020 pour la liberté de l’esprit sont :



Nom

Nominé(e) par

L’opposition démocratique en Biélorussie, représentée par le Conseil de coordination, une initiative lancée par des femmes courageuses et des personnalités issues de la sphère politique et de la société civile

PPE, S&D, Renew Europe

Monsiegneur Najeeb Moussa Michaeel,

archevêque de Mossoul

ID

Militants de Guapinol et Berta Caceres

Verts/ALE, GUE/NGL

L’opposition démocratique en Biélorussie, représentée par Svetlana Tikhanovskaïa

CER

Jakub Gawron, Paulina Pajak, Paweł Preneta et Kamil Maczuga, des militants LGBTI polonais, fondateurs du site "Atlas of Hate"

Malin Björk, Terry Reintke, Marc Angel, Rasmussen Andersen et 39 autres députés

Qui sont-ils ?

L’opposition démocratique en Biélorussie est représentée par le Conseil de coordination, une initiative lancée par de courageuses femmes : Svetlana Tikhanovskaïa, (cheffe de l’opposition), Svetlana Aleksievitch (lauréate du Prix Nobel), Maria Kolesnikova (musicienne et activiste), Volha Kavalkova, Veranika Tsapkala, entrepreneure et activiste. Elles sont acccompagnées de personnalités issues de la sphère politique et de la société civile : Siarhieï Tsikhanowski (vidéaste et prisonnier politique), Alès Bialiatski (fondateur de l’organisation biélorusse de défense des droits de l’homme “Viasna”), Siarhei Dyleuski, Stsiapan Putsila (fondateur de chaine Telegram NEXTA) et Mikalaï Statkiévitch (prisonnier politique et candidat à l’élection présidentielle de 2010).

Svetlana Tikhanovskaïa est professeure, militante des droits de l’homme, et politicienne qui, après l’arrestation de son mari, s’est présentée à l’élection présidentielle biélorusse de 2020 en tant que candidat principal de l’opposition. Alexandre Loukachenko fut déclaré officiellement gagnant suite à une course marquée par des accusations de fraude électorale à grande échelle. Après avoir réclamé un recomptage des votes, Tikhanovskaïa fut forcée de fuir en Lituanie, de peur d’être emprisonnée. Suite aux accusations de fraude électorale, de grandes manifestations pacifiques ont éclatées partout dans le pays et violemment réprimées par le régime en place. Entre-temps, le Conseil de coordination fut créé afin de représenter la nation civique de la Biélorussie et faciliter une passation de pouvoir pacifique.

« Le peuple biélorusse mérite le prix Sakharov car les biélorusses de tous âges se sont soulevés contre la dictature de Loukachenko (...) La violence n’arrêtera pas le peuple biélorusse et leurs appels pour des élections libres et pour un changement démocratique » a expliqué la députée PPE lettone Sandra Kalniete. La députée S&D néerlandaise Kati Piri a déclaré que « cette nomination souligne le soutien fort qui existe envers le peuple biélorusse et leur demande d’organiser de nouvelles élections libres et justes, et d’obtenir une gouvernance démocratique, le respect des droits fondamentaux et qu’on mette un terme à la répression autoritaire sur le continent européen. »

Le député Renew Europe estonien Urmas Paet a ajouté que « l’opposition démocratique biélorusse est un concept forcément large et cette candidature présente une vision complète qui reflète la réalité d’une opposition variée et qui vient soutenir le courage et la bravoure de sa société civile ».

La députée CRE polonaise Anna Fotyga a expliqué la raison derrière la décision par son parti de soutenir la nomination de l’opposition démocratique en Biélorussie, représentée par Svetlana Tikhanovskaïa. « Durant de nombreuses années, au-delà des divisions politiques, nous avons soutenu, au sein du Parlement européen, la société démocratique, l’opposition démocratique en Biélorussie. Ils ont choisi (...) de désigner Svetlana Tikhanovskaïa en tant que cheffe et représentante de l’opposition démocratique. »


Lorsque l’État islamique est entré à Mossoul en aout 2014, Monseigneur Najeeb Moussa Michaeel, archevêque de Mossoul a organisé l’évacuation de chrétiens, syriaques et de chaldéens vers le Kurdistan irakien et sauvegardé 800 manuscrits historiques datant des 13ième et 19ième siècles. Plus tard, ces manuscrits ont été numérisés et exposés en France et en Italie. Depuis 1990, il a contribué à la sauvegarde de plus de 8 000 manuscrits et 35 000 documents appartenant à l’Église d’Orient.

« Cela représente une réelle opportunité de décerner ce prix à une personne courageuse, un infatigable défenseur des chrétiens de ces terres, de reconnaitre et souligner les efforts de ce prêtre qui a tenu tête à la barbarie et sauvé ces manuscrits d’Irak » a déclaré le député ID français Nicolas Bay.

Les militants environnementaux de Guapinol, Porfirio Sorto Cedillo, José Avelino Cedillo, Orbin Naún Hernández, Kevin Alejandro Romero, Arnold Javier Aleman, Ever Alexander Cedillo, Daniel Marquez et Jeremías Martínez Díaz sont membres du Comité municipal de défense des biens communs et publics de Tacoa. Ils ont été emprisonnés pour avoir participé à une manifestation pacifique contre une compagnie minière, dont les activités avaient mené à la contamination des rivières du Guapinol et San Pedro. Alors que d’autres détenus furent libérés, les défenseurs de Guapinol demeurent derrière les barreaux et l’accusation n’a toujours pas présenté de preuves solides expliquant le prolongement de leur incarcération.

Berta Cáceres, assassinée en mars 2016, était une courageuse militante écologiste issue de la communauté lenca du Honduras. Elle avait cofondé le COPINH (Council of Indigenous People of Honduras - le Conseil des peuples indigènes du Honduras). Pendant plus de deux décennies, elle s’est battue contre l’accaparement illégal des terres, l’abattage illégal et les mégaprojets. Elle a reçu le Goldman Environmental Award en 2015.

La députée des Verts/ALE luxembourgeoise Tilly Metz a décrit les conditions très difficiles auxquelles sont confrontés les militants des droits de l’homme du Honduras. « Ce sont deux cas symboliques, illustrant l’injustice et l’impunité au Honduras (...) Le Honduras a le taux le plus élevé de meurtres par habitant, ce qui en fait le pays le plus dangereux du monde pour les défenseurs des terres et de l’environnement ».

Les militants LGBTI polonais Jakub Gawron, Paulina Pajak et Paweł Preneta, Kamil Maczuga ont fondé en 2019 le site web « Atlas of Hate », qui surveille et cartographie qui avaient adopté, rejeté ou mis en suspens des « résolutions anti-LGBTI », tout en diffusant des infromations aux militants, aux médias et aux politiciens. Aujourd’hui , plus de 100 municipalités ou autorités locales en Pologne se sont déclaré « zones non-LGBTI » ou adopté la soi-disante « Charte régionale des valeurs familiales ».En 2020, Jakub Gawron, Paulina Pajak et Paweł Preneta ont été poursuivis en justice par cinq de ces municipalités locales, les accusant d’endommager leur réputation et réclamant des excuses publiques ainsi que des dédommagements pour les « organisations pro-familiales » dans les cinq régions.

Cette nomination offre une vue d’ensemble : le respect envers l’état de droit, la démocratie, les droits fondamentaux - tout ce que ce prix représente. Ces militants font désormais face à des poursuites judiciaires précisément parce qu’ils rendent visible les discriminations que la communauté LGBTI doit affronter » a expliqué la députée GUE/NGL suédois Malin Björk.

Prochaines étapes



Les commissions des affaires étrangères et du développement, sur la base des nominations officielles, sélectionnent les trois finalistes. Ensuite, la Conférence des présidents (composée du président du Parlement européen et des dirigeants des groupes politiques) élit le lauréat.

Dates clés 
  • 22 octobre : le nom du lauréat est annoncé par la Conférence des présidents 
  • 16 décembre : le prix Sakharov est remis à Strasbourg