Incidences de la production et des déchets textiles sur l’environnement (infographie) 

Mis à jour le: 
 
Créé le:   
 

Partager cette page: 

Nos vêtements, chaussures et linge de maison polluent l’eau, émettent des gaz à effet de serre et encombrent les décharges. Plus de détails dans notre infographie.

La mode éphémère - l’arrivée constante de nouveaux styles à très bas prix - a causé une forte augmentation de la quantité de vêtements produits et jetés.


Pour lutter contre les effets néfastes de ce phénomène sur l’environnement, l’UE veut accélérer la transition vers une économie circulaire.


En mars 2020, la Commission a adopté un nouveau plan d’action en faveur de l’économie circulaire, qui comprend une stratégie de l’UE pour les textiles dont le but est d’encourager l’innovation et de stimuler le réemploi dans le secteur. Le Parlement européen votera sur un rapport d’initiative sur le plan d’action en faveur de l’économie circulaire au début de l’année 2021.

En février 2021, le Parlement a voté en faveur du plan d'action pour l'économie circulaire et a appelé à des mesures supplémentaires pour atteindre une économie neutre en carbone, durable, non toxique et entièrement circulaire d'ici 2050. Celles-ci devraient inclure des lois plus strictes sur le recyclage et des objectifs contraignants d’ici 2030 pour l’utilisation des matières premières et l’empreinte de consommation

Si l’on veut que l’économie circulaire fonctionne, il faut que ses principes soient intégrés à toutes les étapes de la chaîne de valeur. De la conception jusqu’à la production, et dans toutes les étapes jusqu’au consommateur.

Jan Huitema (Pays-Bas, Renew Europe) 

Rapporteur de la commission de l'environnement sur le plan d’action de l’UE en faveur de l’économie circulaire

Partager cette citation: 

Consommation d’eau

La production textile est très gourmande en eau, et exige en outre des terres pour cultiver le coton et d’autres fibres. On estime qu’en 2015, l’industrie mondiale du textile et de l’habillement a utilisé 79 milliards de mètres cube d’eau, les besoins en eau de toute l’économie européenne en 2017 s’étant élevé à 266 milliards de mètres cube. Selon des estimations, la fabrication d’un seul t-shirt en coton nécessite 2 700 litres d’eau douce, soit ce qu’une personne boit en 2,5 ans.


Pollution de l’eau

 

On estime que la production textile est responsable d’environ 20 % de la pollution mondiale d’eau potable, à cause des teintures et autres produits de finition.


Par ailleurs, le lavage de matières synthétiques rejetterait 0,5 million de tonnes de microfibres dans l’océan chaque année.


Ainsi, les vêtements synthétiques sont responsables de 35 % des microplastiques primaires rejetés dans l’environnement. Une seule lessive de vêtements en polyester peut libérer 700 000 fibres microplastiques, qui peuvent ensuite se retrouver dans la chaîne alimentaire.


Émissions de gaz à effet de serre

 

On estime que l’industrie de la mode est responsable de 10 % des émissions mondiales de CO2, soit plus que l’ensemble des vols et transports maritimes internationaux.


Selon l’Agence européenne pour l’environnement, les achats de textile dans l’UE ont généré des émissions de CO2 équivalentes à 654 kg par personne.


Déchets textiles dans les décharges

La façon dont les personnes se débarrassent des vêtements dont elles ne veulent plus a aussi changé: elles ont aujourd’hui davantage tendance à les jeter qu’à les donner.


Depuis 1996, la quantité de vêtements achetés dans l’UE par personne a augmenté de 40 %, après une baisse considérable des prix qui a eu pour effet de raccourcir le cycle de vie des vêtements. Les Européens consomment près de 26 kg de textiles par an et en jettent environ 11 kg. Les vêtements usagés peuvent être exportés en dehors de l’UE, mais la plupart (87 %) sont incinérés ou mis en décharge.


À l’échelle mondiale, moins de 1 % des vêtements sont recyclés en autres vêtements, en partie parce que la technologie ne suit pas.

Lutte contre les déchets textiles dans l’UE


La nouvelle stratégie vise à remédier au problème de la mode éphémère et à apporter des lignes directrices pour obtenir un haut niveau de collecte sélective des déchets textiles.


En vertu de la directive relative aux déchets approuvée par le Parlement européen en 2018, les pays de l’UE seront obligés de collecter séparément les textiles d’ici 2025. La nouvelle stratégie de la Commission prévoit également des mesures pour soutenir les processus de production et les matériaux circulaires, lutter contre la présence de produits chimiques dangereux et aider les consommateurs à choisir des textiles durables.


L’UE dispose de son écolabel, que les producteurs peuvent apposer sur leurs articles lorsqu’ils respectent certains critères écologiques, afin de limiter l’utilisation de substances nocives et de diminuer la pollution de l’eau et de l’air.


L’UE a également introduit certaines mesures pour atténuer les incidences des déchets textiles sur l’environnement. Horizon 2020 finance RESYNTEX, un projet portant sur le recyclage chimique, qui pourrait apporter un modèle d’entreprise s’inscrivant dans l’économie circulaire à l’industrie du textile.


L’Europe traverse une crise sanitaire et économique sans précédent, qui révèle la fragilité de nos chaînes d’approvisionnement mondiales. [...] Stimuler la création de modèles d’entreprise novateurs permettra de créer la nouvelle croissance économique et les nouveaux débouchés professionnels dont l’Europe aura besoin pour sortir de la crise.

Jan Huitema (Pays-Bas, Renew Europe) 
Partager cette citation: 

Pour en savoir plus sur les déchets dans l’UE: