L'UE exige la libération du journaliste biélorusse Roman Protasevich et de sa compagne 

 
 

Partager cette page: 

Liberté pour Roman Protasevich et Sofia Sapega  

Le journaliste biélorusse Roman Protasevich et sa compagne Sofia Sapega ont été interpellés à bord d’un vol reliant Athènes à Vilnius et dérouté vers Minsk où ils sont maintenant détenus.

L’arrestation du journaliste et de sa compagne a immédiatement a été largement condamnée et a suscité des demandes de sanctions contre le pays.

Le président du Parlement européen, David Sassoli, a déclaré : « Les événements en Biélorussie, avec le détournement d'un avion civil pour arrêter des opposants au régime, nécessitent un bond en avant dans notre réponse à la fois en force et en rapidité. »


Le Parlement et d'autres institutions de l'UE demandent la libération immédiate de Roman Protasevich et exhortent tout le monde à dénoncer cette violation flagrante des droits fondamentaux.



Ce que vous pouvez faire pour Roman Protasevich


Les violations des droits humains ne peuvent se faire dans le silence. Faisons du bruit !

Ce que vous pouvez faire en ligne :


Utilisez le hashtag #FreeRomanProtasevich et #FreeSofiaSopega sur Twitter et sur les autres plateformes.


Partagez cet article ainsi que nos publications sur les réseaux sociaux.


Affichez votre soutien à Roman Protasevich et à Sofia Sopega comme vous le pouvez. La semaine dernière, le président Sassoli a suggéré aux aéroports de l’Union européenne d’afficher les portraits des deux détenus afin de mettre la cause en avant : « Je pense que ce serait un geste très positif si une photo de Roman Protasevich était affichée dans les principaux aéroports des États membres de l'Union européenne, en signe de solidarité et pour montrer que nous ne lui ferons pas défaut. »



Ce que fait l'UE en réponse aux actions de la Biélorussie


Les dirigeants de l'UE se sont réunis le lendemain du déroutement du vol Ryanair afin de décider d'une réponse commune. Le président Sassoli a ouvert le sommet européen par un appel à l'action : « Notre réponse doit être forte, immédiate et unifiée. L'Union européenne doit agir sans hésiter et punir les responsables. Ce soir, vous avez la grande responsabilité de montrer que l'Union n'est pas un tigre de papier. »

Le Conseil européen a exigé que Roman Pratasevich et Sofia Sapega soient immédiatement libérés, et demande à l'Organisation de l'aviation civile internationale d'enquêter d'urgence sur cet incident sans précédent et inadmissible. Le Conseil européen demande aussi à tous les transporteurs établis dans l'UE d'éviter le survol de la Biélorussie et appelle le Conseil à adopter les mesures nécessaires pour interdire le survol de l'espace aérien de l'UE par les compagnies aériennes biélorusses et empêcher l'accès aux aéroports de l'UE pour les vols opérés par ces compagnies.




Ce que demande le Parlement européen à la Biélorussie


Le 10 juin, le Parlement a appelé l'UE à punir les individus et entités impliqués dans l’atterrissage forcé d’un avion à Minsk le 23 mai et l’arrestation du journaliste Raman Pratassievitch. Les députés demandent aussi au Conseil de sanctionner dès que possible les individus et entités bélarusses impliqués dans l’atterrissage forcé et l’arrestation. Les pays de l’UE doivent aussi avancer de toute urgence sur le prochain paquet de sanctions contre les personnes impliquées ou complices de la fraude électorale de l’année dernière ou des violations des droits de l’homme qui en ont découlé.



La commission des affaires étrangères du Parlement a discuté des événements en Biélorussie le 26 mai avec la cheffe de l'opposition Sviatlana Tsikhanouskaya. Elle a déclaré aux députés : « J'appelle le Parlement européen à veiller à ce que la réaction de la communauté internationale ne se limite pas à l'incident du vol Ryanair. La réponse doit aborder la situation en Biélorussie dans son intégralité. »


Le Parlement a régulièrement appelé à des élections transparentes en Biélorussie, ainsi qu'au respect des droits de l'homme et de l'État de droit. Plus spécifiquement, les députés européens ont exigé l'année dernière la tenue de nouvelles élections dans le pays, ainsi que des sanctions plus sévères contre les responsables du régime impliqués dans des violations des droits humains. Les députés européens ont demandé davantage de soutien aux citoyens biélorusses et une révision des relations de l'UE avec le pays.

En 2020, les députés ont décerné à l'opposition démocratique biélorusse le prix Sakharov pour la liberté de l'esprit.