Certificat numérique européen Covid : c'est aux États membres de décider 

Mis à jour le: 
 
Créé le:   
 

Partager cette page: 

Débat en session plénière sur le certificat numérique européen Covid  

Pour les députés, le certificat numérique européen Covid est un moyen de restaurer la liberté de circulation. Ils appellent les pays de l'UE à le mettre en place d'ici le 1er juillet.

Le certificat, qui a pour objectif de faciliter les déplacements durant la pandémie, indiquera si son détenteur a été vacciné, a récemment reçu un résultat de test négatif ou s'il s’est rétabli du coronavirus au cours des 6 derniers mois. L'infrastructure interopérable est en place, 23 pays sont techniquement prêts, et 9 ont déjà émis ou vérifié au moins un type de certificat.



Restaurer la liberté de mouvement


Lors d'un débat en plénière le 8 juin, le rapporteur Juan Fernando López Aguilar (S&D, Espagne) a souligné que la liberté de circulation était extrêmement chère aux citoyens européens et que les négociations sur le certificat Covid « se sont achevées en un temps record ». « Nous voulons dire aux citoyens européens que nous faisons tout notre possible pour restaurer la liberté de circulation. »


Le commissaire européen à la Justice, Didier Reynders, a déclaré aux députés : « Le certificat, qui sera gratuit, sera délivré par tous les États membres et devra être accepté dans toute l'Europe. Il contribuera à une levée progressive des restrictions. »



Les États membres doivent appliquer les règles


Le certificat Covid est « le premier pas vers la suppression des restrictions et c'est une bonne nouvelle pour de nombreuses personnes en Europe comme ceux et celles qui voyagent pour le travail, les familles qui vivent dans les zones frontalières et pour le tourisme », a déclaré Birgit Sippel (S&D, Allemagne). La députée européenne a souligné qu'il appartenait désormais aux pays de l'UE d'harmoniser les règles sur les voyages.


« Tous les citoyens de l'Union européenne s'attendent, à juste titre, à pouvoir utiliser ce système d'ici le début de l'été et les États membres doivent y répondre », a déclaré Jeroen Lenaers (PPE, Pays-Bas). Le député a souligné que cela ne se résumait pas uniquement à la mise en œuvre technique du certificat : « Les citoyens européens ont besoin [...] de coordination et prévisibilité concernant nos frontières intérieures. »


Sophia in 't Veld (Renew, Pays-Bas) a appelé les États membres à garantir la réouverture de l'UE. « Les Européens veulent désespérément retrouver leur liberté. Je pense qu'il est nécessaire de rappeler que ce n'est pas le virus qui leur a retiré le droit à la libre circulation en Europe mais bien la multitude de règles nationales. »



Respecter les droits des citoyens


Cornelia Ernst (La Gauche, Allemagne) a souligné que c'était principalement le Parlement et la Commission qui défendaient les droits des citoyens lors des négociations : « Nous devons défendre les libertés de chacun, pas seulement des vacanciers », a-t-elle souligné.


Tineke Strik (Verts/ALE, Pays-Bas) a insisté sur l'importance de la non-discrimination et de la protection des données et a déclaré que le certificat respectait pleinement ces exigences. « Les États membres devraient adopter et mettre en œuvre ce nouveau système harmonisé. Les députés veilleront à ce que la non-discrimination soit respectée ».


Joachim Stanisław Brudziński (ECR, Pologne) a déclaré que le certificat « est censé faciliter la libre circulation et non en être une condition ». Les personnes non vaccinées auraient toujours le droit de se déplacer en Europe, avec des restrictions telles que les tests, l'auto-isolement ou la quarantaine. Il a souligné que « ce règlement ne peut pas être perçu comme une obligation à la vaccination ».


Christine Anderson (ID, Allemagne) a exprimé des doutes concernant la capacité du certificat à rétablir la liberté de circulation et à respecter les droits des personnes. La députée a également fait part de ses inquiétudes quant au fait qu'il obligerait les citoyens à se faire vacciner. Cela pourrait conduire à devoir posséder « un certificat pour prouver que vous avez des droits ». « Cela ne devrait pas être une façon détournée d’exiger la vaccination », a-t-elle déclaré.


Le Parlement a donné son feu vert définitif au certificat Covid numérique de l’UE lors d'un vote durant la session plénière de juin.


Découvrez comment voyager en toute sécurité avec le certificat numérique Covid de l'UE.