Terrorisme dans l’UE : attaques, victimes et arrestations en 2020 

 
 

Partager cette page: 

Agrandir l'image: Infographic about terrorism 
Infographic about terrorism        
Infographie : attaques inspirées par la religion dans l'UE  

Alors que le nombre d'attaques terroristes est resté stable en 2020, les extrémistes ont profité de la pandémie pour étendre leur propagande.

Le rapport 2021 d'Interpol sur la menace terroriste dans l'UE dénombre 57 tentatives d'attaque dans l'Union européenne en 2020 (cela inclut les attaques ayant réellement eu lieu et celles ayant échoué), contre 55 en 2019.

Parmi ces 57 tentatives, 10 ont été attribuées au terrorisme djihadiste (attaques en Autriche, en France et en Allemagne). Même si elles ne représentent qu'un sixième des attaques dans l'UE, les attaques djihadistes furent responsables de plus de la moitié des décès (12) et de la quasi totalité des blessés (47). Le nombre total de décès et de blessés dans l'UE est passé de 10 morts et 27 blessés en 2019 à 21 morts et 54 blessés en 2020.


14 attaques à caractère ethno-nationaliste ou séparatiste ont été perpétrées en France et en Espagne alors que 24 attentats ont été menés par des organisations terroristes ou des individus d'extrême gauche ou anarchistes, tous en Italie. Dans la majorité des cas, ces attaques visaient des institutions financières ou des bâtiments du gouvernement.


En 2020, trois pays membres de l'Union européenne (Allemagne, Belgique et France) ont été frappés par quatre attaques terroristes d'extrême droite. Cependant, trois d'entre elles ont été déjouées.


Apprenez-en plus sur les mesures prises par l'UE pour lutter contre le terrorisme.



Près de deux fois plus d'attaques djihadistes perpétrées que déjouées


Le terrorisme djihadiste reste la menace la plus importante pour l'UE. En 2020, le nombre d'attentats terroristes djihadistes achevés était deux fois plus important de le nombre d'attaques déjouées.

2017

2018

2019

2020

Attaques perpétrées

10

7

3

10

Attaques ayant échoué

12

1

4

0

Attaques déjouées

11

16

14

4

Total

33

24

21

14

Nombre d'attaques terroristes à caractère dhihadiste dans l'EU (2017-2020)

Source: Europol 2021



Selon Europol, des individus isolés étaient à l'origine de toutes les attaques djihadistes et quatre des dix attaques perpétrées ont été menées par des citoyens de l'UE. Concernant les motifs, des idéologies extrêmes et des problèmes de santé mentale combinés à un isolement social ont poussé certains individus à agir. Le stress provoqué par la pandémie est soupçonné d'avoir aussi joué un rôle dans certains cas.

Apprenez-en plus sur le terrorisme djihadiste dans l'UE depuis 2015.

Une diminution significative des arrestations pour motif terroriste

Au total, 449 arrestations pour motif terroriste ont été signalées à Europol en 2020. Ce nombre est nettement inférieur à celui de 2019 (1 004). La raison de cette diminution n'est pas encore établie. Elle pourrait être due à une activité terroriste réduite ou encore à la diminution des capacités opérationnelles des forces de l'ordre en raison de la pandémie de coronavirus.

Découvrez les chiffres clés du terrorisme dans l'UE en 2019.

Utilisation accrue d'armes « simples »

Les fermetures liées à la pandémie et les interdictions de rassemblement dans les espaces publics, tels que les centres commerciaux, les églises et les stades, semblent avoir entraîné une diminution de l'utilisation d'explosifs lors des attaques terroristes. En 2020, les terroristes ont principalement eu recours à d’autres outils, tels que les armes blanches, les véhicules-bélier ou encore le feu. Les armes à feu n'ont été utilisées que lors de l'attaque terroriste d’extrême droite de février à Hanau (Allemagne) et lors de l'attaque djihadiste à Vienne en novembre.

La radicalisation en ligne : une menace croissante

En raison du nombre d’heures passées sur internet durant la pandémie, les réseaux en ligne ont joué un rôle important dans la radicalisation. Suite aux efforts déployés par des applications de messagerie (telles que Telegram) pour faire barrage aux groupes terroristes, la propagande djihadiste s'est dispersée sur d’autres plateformes en ligne, souvent plus petites. Les extrémistes de droite, en particulier les jeunes, ont eu plus souvent recours aux jeux vidéo et aux plateformes de jeux pour propager leur idéologie.

Les extrémistes djihadistes et de droite ont tenté d'exploiter la pandémie pour promouvoir leurs idées, alors que les extrémistes de gauche et les anarchistes ont incorporé la critique des mesures gouvernementales de lutte contre la pandémie à leur discours.

Apprenez-en plus sur le travail de l'UE pour lutter contre la radicalisation.

Besoin d'efforts coordonnés au niveau de l'Union

« Une évaluation méticuleuse de la menace et des efforts coordonnés sont extrêmement importants pour identifier les vulnérabilités et réduire la violence terroriste et extrémiste à la fois en ligne et hors ligne », a déclaré Claudio Galzerano, chef du centre de lutte contre le terrorisme d'Europol, lors de la présentation des conclusions du rapport annuel d'Europol aux députés de la commission des libertés civiles le 22 juin 2021.