L'Europe s'attaque aux hooligans, aux agents véreux et aux paris illégaux 

Communiqué de presse 
Session plénière 
 
 

Partager cette page: 

Combattre le dopage, la violence dans les stades, le trucage de matchs et les dérives des agents de joueurs exige une action plus coordonnée au niveau européen, selon une résolution adoptée par le Parlement ce jeudi 2 février.

"L'entrée en vigueur du Traité de Lisbonne a déclenché une révolution dans le sport, car il a créé pour la première fois une base juridique pour ce domaine, l'article 165", a déclaré le rapporteur, Santiago Fisas Ayxela (PPE, ES), lors du débat.


Soutenir la pratique sportive des filles


Les députés exigent que l'UE identifie et élimine tous les obstacles susceptibles d'empêcher les jeunes filles et les femmes de faire du sport. Ils soulignent notamment que "l'attitude des parents qui interdisent à des filles immigrées de participer aux activités sportives et à la natation à l'école ne peut être tolérée ni excusée sur la base de motifs culturels ou religieux". Une meilleure représentation des femmes dans les instances dirigeantes des fédérations sportives - proportionnelle au nombre de licenciées féminines - pourrait contribuer à promouvoir la pratique sportive des femmes.


Liste noire des hooligans


Le Parlement demande que les supporters violents ou qui ont fait preuve de comportement discriminatoire soient interdits de tous les stades européens. Un fichier européen devrait permettre aux autorités nationales de veiller à ce que ces interdictions restent en vigueur pour les matchs internationaux qui se déroulent sur leur territoire. Les députés interpellent les États membres et les fédérations sportives pour une politique plus ferme contre l'homophobie et le racisme à l'encontre des athlètes.


Criminaliser le dopage


Afin de mieux protéger les athlètes, les députés suggèrent que le trafic de substances dopantes soit assimilé au délit de drogue. Pour combattre le trucage des matchs, le blanchiment d’argent et les paris illégaux, les députés demandent la criminalisation de toute activité frauduleuse et la mise en place d'un système de licences pour les opérateurs de paris.


Encadrer les agents de joueurs


La profession d’agent devrait être réglementée, selon l'avis des députés européens. Les agents devraient faire preuve d'un minimum de qualifications, avoir leur siège fiscal sur le territoire de l’Union, et respecter un code de conduite pour obtenir une licence. Le nouveau registre européen des agents contiendrait également les noms des joueurs pour lesquels ils travaillent. Les agents devraient être rémunérés de manière échelonnée pendant toute la durée de l'engagement du joueur, plutôt que d'être payés uniquement lors du transfert, préconisent les députés.


Faciliter la "double carrière" des athlètes


Les autorités nationales devraient garantir aux athlètes de haut niveau une formation scolaire adéquate ainsi que des aménagements spécifiques pour les études supérieures. Une reconnaissance européenne de leurs qualifications et expériences athlétiques devrait encourager la mobilité des sportifs et entraîneurs via un programme d'échanges, une sorte d'"Erasmus" sportif".


Afficher volontairement le drapeau européen


Une majorité de députés suggèrent aux fédérations nationales d'ajouter le drapeau européen à côté du drapeau national sur les maillots des athlètes lors des compétitions internationales. Ils insistent toutefois sur le caractère volontaire : les Etats membres et les organisations sportives doivent rester tout à fait libres de prendre cette idée en considération.   


La résolution a été adoptée par  550 voix pour, 73 voix contre et  7 abstentions.



Procédure : résolution non législative