Enregistrement obligatoire des lobbyistes dans le registre de transparence 

Communiqué de presse 
Session plénière 
 
 

Partager cette page: 

Une proposition de la Commission visant à renforcer les règles existantes concernant le registre de transparence qui liste les organisations indépendantes et autres lobbyistes désirant accéder aux institutions européennes a été saluée par les députés lors d’un débat mercredi soir. Les changements incluront le Conseil aux côtés du Parlement et de la Commission, clarifiera les définitions existantes, améliorera la surveillance et introduira des sanctions en cas de violations des règles.



Les députés, qui ont longtemps plaidé pour un système obligatoire couvrant toutes les institutions européennes, ont salué la réforme. Ceux-ci ont souligné l’importance d’une véritable transparence afin d’améliorer la légitimité démocratique et la confiance des citoyens en les trois institutions en charge des législations.


Ce pas en avant constitue un mouvement dans la bonne direction mais n’est pas suffisant selon certains députés. Ils ont souligné qu’il faut également se pencher sur les règles portant sur les conflits d’intérêts et les codes de conduite.


Vous pouvez regarder l’enregistrement du débat ici.


Note aux éditeurs

 

En 2011, le Parlement européen a introduit un registre commun avec la Commission européenne. (Avant cela, le Parlement avait son propre système volontaire.)

 

Depuis 2008, par le biais de différentes résolutions, le Parlement a exhorté les autres institutions à opter pour un registre obligatoire. Il a également pris une série de mesures d’encouragement, par exemple en empêchant tout représentant d’un lobby non enregistré au registre de transparence de prendre la parole au cours des auditions publiques, ainsi qu’en introduisant un système d’accréditation facilité.


#EUTransparency