Faites attention à la propagande russe et à celle de Daech, mettent en garde les députés des affaires étrangères 

Communiqué de presse 
 
 

Partager cette page: 

La propagande mise en place par la Russie et les organisations terroristes et qui oppresse l’UE augmente, expliquent les députés de la commission des affaires étrangères dans une résolution votée lundi. Elle vise à déformer la vérité, provoquer la peur, le doute et diviser l’UE. Cependant, cette pression doit être contrée, non par plus de propagande, mais en envoyant des messages positifs, en sensibilisant l’opinion publique et en éduquant les citoyens européens, ajoutent les députés.

"La propagande hostile et la désinformation dirigées contre nos sociétés par le Kremlin et des acteurs non étatiques tels que Daech existent de fait. Afin de leur faire barrage de manière efficace, nous devons tout d’abord être capables de les identifier parfaitement", a expliqué la rapporteur Anna Fotyga (ECR, PL). "Ce rapport constitue une étape très importante pour sensibiliser les individus à ce problème, au sein de l’Union européenne ainsi que dans les États membres. Le Parlement européen ne peut pas rester silencieux sur une question aussi vitale pour la sécurité européenne", a-t-elle ajouté.


La résolution sur la "communication stratégique européenne" souligne que l’UE subit une pression croissante de campagnes de désinformation et de propagande issues de pays tels que la Russie, et d’acteurs non étatiques tels que Daech, Al-Qaeda et d’autres groupes terroristes djihadistes violents.


La propagande hostile à l’Union européenne et à ses États membres vise à déformer la vérité, semer le doute, diviser l’Union et ses partenaires nord-américains, paralyser le processus de décision, discréditer les institutions européennes et provoquer la peur et l’incertitude chez les citoyens européens, estime le texte.


Les députés s’inquiètent du fait qu’il "y ait des publics et espaces propices à la propagande et à la désinformation en raison de la prise de conscience limitée au sein de certains des États membres" et exhortent les représentants des médias et les experts des États membres à compiler des données et des faits quant à la consommation de propagande.


La Russie cherche à diviser

 

Les députés se disent inquiets quant à l’expansion rapide de la propagande inspirée par le Kremlin. Ils notent que "le gouvernement russe emploie de manière agressive une large gamme d’outils et d’instruments, tels que des fondations spéciales  [...], des chaînes de télévision multilingues (par exemple Russia Today), des agences qui diffusent des pseudo informations, [...] des médias sociaux, et des trolls internet, pour s’attaquer aux valeurs démocratiques, diviser l’Europe, s’assurer du soutien interne et donner l’impression que les États du voisinage oriental de l’Union européenne sont défaillants".


"La propagande du Kremlin vise directement des journalistes, des politiciens et des individus précis dans l’UE", note le texte. Les députés soulignent également que la falsification de l’histoire constitue l’une des stratégies clés de la Russie.


Daech vise l’Union européenne

 

Les organisations terroristes islamiques militent activement pour ébranler et stimuler la haine contre les valeurs et les intérêts européens, dit la résolution.


Puisque l’UE et ses citoyens constituent les cibles principales de Daech, les députés appellent les États membres à collaborer pour protéger la société des opérations de recrutement et augmenter la résistance à la radicalisation. Ils suggèrent également de développer une trame pour contrer Daech, "notamment en renforçant et en augmentant la visibilité des érudits musulmans du courant dominant qui ont la crédibilité nécessaire pour discréditer la propagande de l’État islamique".


Ne faites pas de propagande pour lutter contre la propagande

 

Les députés de la commission des affaires étrangères reconnaissent que faire front à la propagande en ayant recours soi-même à la propagande est contre-productif.  Communiquer de manière positive, sensibiliser l’opinion publique, éduquer et permettre aux citoyens d’analyser les contenus médiatiques de manière critique, pourraient constituer la marche à suivre, ajoutent les députés.


La résolution suggère également d’approfondir la coopération entre l’UE et l’OTAN quant à la communication stratégique, de renforcer le groupe de travail sur la communication stratégique européenne et d’apporter plus de soutien pour renforcer la résistance des médias dans les pays voisins de l’UE.


Prochaines étapes

 

La résolution a été approuvée par 31 voix en faveur, 8 contre, avec 14 absentions. Elle sera soumise à un vote du Parlement au cours de la session plénière de novembre à Strasbourg.