Partager cette page: 

  • Les partenaires orientaux qui ont réalisé des progrès substantiels sur les réformes liées à l'UE devraient pouvoir rejoindre l'union douanière ou de l’énergie
  • Le PE demande la création d’un fonds spécial pour l'Ukraine, la Géorgie et la Moldavie
  • Maintenir la pression sur la Russie pour résoudre les conflits dans le voisinage oriental de l'UE

Le sommet de novembre entre l’UE et ses partenaires orientaux devrait permettre la création d'un fonds fiduciaire et récompenser les réformes en permettant d’entrer dans l'union douanière.

Les députés se sont félicités mercredi des progrès significatifs réalisés depuis le dernier sommet du partenariat oriental, qui s'est tenu à Riga en 2015. Ils ont souligné que certains partenaires orientaux ont procédé à d'importantes réformes et que la Géorgie, l'Ukraine et la Moldavie bénéficient désormais d’accords de libre-échange et de régimes d'exemption de visa avec l'UE.

 

Ils sont également favorables à des critères clairs pour toute future coopération, soulignant qu'aucun autre accord de l'UE ne sera ratifié avec un pays qui ne respecte pas les valeurs européennes ou intimide les défenseurs des droits de l'homme et les journalistes.

 

Pour le prochain sommet qui se tiendra à Bruxelles le 24 novembre, les députés recommandent de:

 

  • créer un fonds fiduciaire pour l'Ukraine, la Géorgie et la Moldavie, qui pourrait se concentrer sur les investissements privés et publics dans les infrastructures sociales et économiques;

 

  • créer un modèle "EaP+" pour les pays associés qui ont réalisé des progrès substantiels en matière de réformes liées à l'UE afin de leur offrir la possibilité d'adhérer à l'union douanière, à l'union de l’énergie, à l'union numérique ou même à l'espace Schengen et de supprimer les tarifs d'itinérance mobile;

 

  • soutenir les réformes économiques visant à éliminer progressivement les monopoles, à limiter le rôle des oligarques, à prévenir le blanchiment d'argent et la fraude fiscale;

 

  • maintenir une pression collective sur la Russie pour qu'elle règle les conflits dans l'est de l'Ukraine, dans les territoires occupés d'Abkhazie et d'Ossétie du Sud, et en Transnistrie; et

 

  • soutenir le déploiement d'une mission de police armée de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) dans l'est de l'Ukraine.

 

La résolution a été approuvée par 519 voix en faveur, 114 contre, avec 47 abstentions.

 

Citations

 

Le co-rapporteur du Parlement, Laima Andrikienė (PPE, LT) a déclaré: "Nous proposons des mesures très concrètes pour garantir le succès de notre politique de partenariat oriental - le format ‘partenariat oriental Plus’, qui comprend un fonds fiduciaire, un nouveau plan européen d'investissement et un mécanisme de soutien financier pour la mise en œuvre des accords d'association. Il n'est pas dédié aux oligarques, mais aux gens ordinaires dans des domaines tels que les économies d'énergie, l'emploi, le service public ou la reconstruction".

 

Le co-rapporteur Knut Fleckenstein (S&D, DE) a ajouté: "L'adhésion à l'union douanière, à l'union de l’énergie, l'union numérique, l'espace Schengen et la suppression progressive des frais d'itinérance offrent un large éventail de possibilités à travers lequel ce partenariat oriental peut et devrait se développer. La condition préalable en est la mise en œuvre des réformes que nous avons convenues. Le sommet ne doit pas seulement parler de ce qui a été réalisé, mais aussi de ce qui doit être fait et où cela doit être fait".

 

A savoir

 

Le partenariat oriental a été lancé en 2009 pour approfondir les liens politiques et économiques entre l'UE et les six partenaires d'Europe orientale: Arménie, Azerbaïdjan, Belarus, Géorgie, Moldavie et Ukraine.

 

Le 5ème sommet du partenariat oriental se tiendra à Bruxelles le 24 novembre 2017.