Partager cette page: 

Le Parlement européen publie les premiers résultats de son enquête Eurobaromètre post-électorale.

Selon une enquête Eurobaromètre approfondie menée dans l'ensemble des 28 États membres dans les semaines qui ont suivi les élections, un nombre croissant de jeunes pro-européens ont voté aux élections européennes de 2019. Près de 28 000 citoyens de toute l'UE ont répondu à des questions sur leur participation aux élections européennes et sur les problématiques qui les ont incités à voter.

68% des citoyens considèrent que leur pays a bénéficié de l'appartenance à l'UE.  

Les premiers résultats de l’enquête Eurobaromètre publiée aujourd’hui par le Parlement européen démontrent que le soutien des citoyens à l’égard de l’UE demeure à son plus haut niveau depuis 1983: confirmant l’enquête pré-électorale, 68% des répondants (+1 point par rapport à février-mars 2019) déclarent que leur pays a bénéficié de l’adhésion à l’UE.


Ma voix compte

56% des citoyens considèrent que leur voix compte dans l'UE (le chiffre le plus élevé depuis 2002).  

Encore plus important pour la légitimité démocratique de l'UE, on constate une forte augmentation du nombre de citoyens européens qui pensent que "leur voix compte dans l'UE": 56% des répondants partagent ce point de vue, soit une augmentation de 7 points depuis mars 2019, le résultat le plus élevé depuis que cette question a été posée pour la première fois en 2002.


‘‘Les citoyens ont voté à ces élections sur la base d’un soutien très fort à l’UE et avec une conviction renforcée que leur voix comptait’’, a déclaré le Président du PE, David Sassoli.


La participation globale à ces élections européennes a augmenté de 8 points pour atteindre 50,6%, soit le taux de participation le plus élevé depuis 1994. Les augmentations les plus importantes ont été observées en Pologne (+22 points), en Roumanie (+19 points), en Espagne (+17 points), en Autriche (+15 points) et en Hongrie (+14 points).


La participation des jeunes a cru de 50%

La participation des jeunes a atteint 42% (contre 28% en 2014).  

Les résultats de l’enquête démontrent que ce sont les jeunes et les primo-électeurs qui ont permis cette augmentation de la participation: 42% des répondants âgés de 16/18 à 24 ans ont déclaré avoir voté aux élections, faisant ainsi croître la participation des jeunes de 50% si l’on compare au taux de participation de 28% en 2014. La croissance du taux de participation chez les 25-39 ans est également importante (+12 points, de 35 à 47%). La participation des jeunes et des primo-électeurs dépasse de loin l’ensemble des augmentations du taux de participation dans les autres tranches d’âge.


Voter: un devoir civique, un soutien à l’Europe, et un moyen de faire changer les choses


Lorsqu’on se penche sur les raisons ayant poussé les citoyens à voter en 2019, le devoir civique est la raison la plus souvent invoquée par 52% des votants, soit une augmentation de 11 points si l’on compare à 2014. Un nombre significatif de citoyens ont également voté car ils sont en faveur de l’UE (28%, +11 points) ou parce qu’ils ont le sentiment qu’ils peuvent changer les choses en votant (18%, +6 points).


‘‘Le Parlement européen et ces élections font désormais partie de la vie démocratique des citoyens. Mais ces élections étaient bien plus qu’une expression d’un devoir civique. Les citoyens ont voté car ils sont pro-UE, car ils pensent pouvoir faire bouger les choses en votant. Le Parlement européen doit désormais être à la hauteur de ces attentes’’, a souligné David Sassoli.


Dans 27 États membres, les citoyens ont avant tout voté car ils estiment que c’est un devoir civique. Dans l’ensemble des 28 États membres, davantage de répondants qu’en 2014 ont voté car ils sont en faveur de l’UE et ont déclaré que ce soutien était l’une de leurs principales motivations pour se rendre aux urnes. Les principales augmentations liées à cette raison sont observées en Allemagne (39%, +14 points), en Irlande (27%, +15 points), en Italie (23%, +14 points) et en Espagne (23%, +15 points).


L’enquête post-électorale s’est également intéressée aux problématiques qui poussent les citoyens à voter. Les principaux sujets ayant influencé le vote des citoyens sont l’économie et la croissance (44%), le changement climatique (37%) ainsi que les droits de l’homme et la démocratie (37%). ‘‘La façon dont l’UE doit travailler à l’avenir’’ est également une raison fortement mentionnée (36%). Dans 16 pays, les répondants ont mentionné l’économie et la croissance comme les questions électorales les plus importantes, tandis que les citoyens de 8 pays ont mentionné en premier le changement climatique.


‘‘Réforme économique, changement climatique, avenir de l’UE et défense des droits de l’homme: voilà les sujets clés pour le Parlement européen. C’est là que nous avons laissé notre marque ces dernières années et c’est là que nous continuerons à être de solides défenseurs des attentes de nos citoyens’’, a déclaré David Sassoli.


Contexte


Pour cette enquête post-électorale du Parlement européen, 27 464 répondants âgés de 15 ans et plus ont été interviewés en face-à-face par Kantar dans l’ensemble des 28 États membres. Les questions postélectorales ont été filtrées sur les répondants âgés de 18 ans et plus (sauf ceux âgés de 16 ans et plus en Autriche et à Malte, de 17 ans et plus en Grèce). Le travail sur le terrain s'est déroulé du 7 au 26 juin 2019. Un rapport complet ainsi que tous les résultats et tableaux de données seront publiés par le Parlement européen en septembre 2019.