Laura Codruţa Kövesi sera la cheffe du Parquet européen 

Communiqué de presse 
 
 

Partager cette page: 

  • Laura Codruţa Kövesi était la candidate préférée du Parlement pour devenir la toute première cheffe du Parquet européen 
  • Le nouveau Parquet enquêtera sur les crimes portant atteinte au budget de l’UE tels que la fraude, la corruption et la fraude transfrontalière à la TVA 

Les négociateurs du Parlement et du Conseil sont convenus de nommer Laura Codruţa Kövesi, le choix du PE, comme première cheffe du tout nouveau Parquet européen.

Les négociations entre le Parlement européen et le Conseil pour savoir qui prendrait les rênes du futur Parquet européen duraient depuis le printemps dernier. L’équipe de négociation du Parlement a soutenu la candidature de Mme Kövesi tout au long des pourparlers, malgré l’opposition du Conseil jusqu’alors.


Après l’accord conclu avec les négociateurs du Conseil mardi, le président de la commission des libertés civiles, Juan Fernando López Aguilar (S&D, ES), a déclaré: ‘‘Mme Kövesi est un excellent choix. Elle a d’excellentes compétences professionnelles. Par ailleurs, la Roumanie ne détient actuellement aucun poste clé dans l’UE. Elle sera désormais l’une des femmes parmi les plus puissantes de l’UE.’’


‘‘Nous sommes ravis de savoir que Mme Kövesi prendra la direction du nouveau Parquet européen. Elle correspond le mieux à la vision du Parlement, à savoir un Parquet européen puissant et crédible. Mme Kövesi est parfaitement compétente et possède un bilan impressionnant en termes de lutte contre la corruption, en plus d’une remarquable résilience et d’un grand courage’’, a ajouté la présidente de la commission des budgets, Monika Hohlmeier (PPE, DE).


La vice-présidente de la commission des libertés civiles, Maite Pagazaurtundúa (Renew, ES), a quant à elle déclaré: ‘‘Avec Mme Kövesi comme cheffe du Parquet européen, qui peut maintenant commencer ses travaux, les citoyens se sentiront plus en sécurité et mieux protégés. Le nouveau Parquet jouera un rôle essentiel dans la répression des infractions portant atteinte aux intérêts financiers de l’UE. Seuls les criminels seront inquiets après cet accord.’’


Prochaines étapes


L’accord sur la nomination de Mme Kövesi comme cheffe du Parquet européen doit être formellement approuvé par le Parlement et le Conseil.


Contexte


Le Parquet européen, qui devrait être opérationnel d’ici à fin 2020, sera un organe indépendant chargé d’enquêter, de poursuivre et de traduire en justice les infractions portant atteinte au budget de l’UE, telles que la fraude, la corruption ou la fraude transfrontalière à la TVA dépassant 10 millions d’euros. La liste des infractions pourrait à l’avenir être étendue pour inclure par exemple le terrorisme.


À ce jour, 22 États membres ont rejoint le Parquet européen. Les cinq pays qui ne participent pas actuellement (Suède, Hongrie, Pologne, Irlande et Danemark) pourront rejoindre le Parquet à tout moment.


Le siège du Parquet européen se situera à Luxembourg et réunira la cheffe du Parquet ainsi qu’un collège de procureurs issus des pays participants. Ils dirigeront les enquêtes pénales menées par les procureurs délégués dans l’ensemble des États membres participants.