Partager cette page: 

Audition de la commissaire désignée Ylva Johansson  

La commission des libertés civiles a interrogé Ylva Johansson, la candidate au portefeuille des affaires intérieures, sur les migrations, l’asile, la sécurité et l’avenir de Schengen.

Les coordinateurs des groupes politiques de la commission des libertés civiles se réuniront dans les 24 heures pour évaluer les performances de la commissaire désignée Ylva Johansson.


Un nouveau départ en matière de migrations et d’asile


Pendant son discours d’ouverture, Ylva Johansson a souligné qu’une de ses principales tâches serait de proposer un nouveau pacte sur la migration et l’asile. "La situation est difficile, mais échouer n’est pas une option, tout simplement", a déclaré la candidate suédoise. Des voies d’entrée légales et sûres vers l’UE font également partie de la solution, a-t-elle précisé.


Les députés ont demandé à Mme Johansson de clarifier la manière dont elle prévoyait de parvenir à un consensus sur la réforme du système d'asile. Ils ont aussi posé plusieurs questions sur les opérations de recherche et de sauvetage en Méditerranée, sur la situation des migrants et demandeurs d’asile bloqués en Libye ainsi que sur les accords avec les pays tiers dans le domaine migratoire.


Stratégie de sécurité de l’UE et avenir de Schengen


Mme Johansson a expliqué que son objectif était de mettre en place une union de la sécurité efficace. Elle s’est engagée à lutter sans relâche contre le terrorisme et toutes les formations de radicalisation. Sur Schengen, elle a souligné que son but premier était de retourner à un espace pleinement fonctionnel et sans contrôle aux frontières intérieures.


Les députés ont aussi questionné la commissaire désignée sur les mesures à prendre en ce qui concerne la criminalité organisée, le respect des droits fondamentaux dans les politiques de sécurité et de contrôle des frontières, ainsi que les éventuels futurs élargissements de l’espace Schengen.


Revoir l’audition dans son intégralité


Point presse


À la fin de l’audition, le président de la commission des libertés civiles, Juan Fernando López Aguilar (S&D, ES), a participé à un point presse à l’extérieur de la salle de réunion.


Revoir le point presse


Prochaines étapes


Sur la base des recommandations des commissions parlementaires, la Conférence des présidents décidera le 17 octobre si le Parlement a reçu suffisamment d'informations pour déclarer la procédure d'auditions close. Si tel est le cas, la plénière se prononcera sur l'approbation ou non de la Commission européenne dans son ensemble le 23 octobre, à Strasbourg.