Partager cette page: 

Audition du commissaire désigné Paolo Gentiloni (Italie - économie)  

La commission des affaires économiques et monétaires a interrogé Paolo Gentiloni, candidat au portefeuille de l’économie.

Les coordinateurs des groupes politiques de la commission se réuniront dans les 24 heures pour évaluer les performances du candidat italien.


Pacte de stabilité et de croissance, intégration de l'environnement et fiscalité


Dans son discours d’ouverture, M. Gentiloni a souligné que la croissance et la transformation économiques ne devaient pas aller à l’encontre des priorités environnementales et sociales urgentes. Il s'est engagé à se concentrer sur la réduction de la dette publique tout en encourageant l'utilisation de toute marge de manœuvre budgétaire disponible pour investir. La refonte du cadre fiscal au niveau européen figure également parmi les priorités, a ajouté le commissaire désigné.


Les eurodéputés ont été particulièrement intéressés par les intentions de M. Gentiloni concernant le pacte de stabilité et de croissance, certains pour obtenir l'assurance qu'il veillerait à l'application des règles, d'autres pour comprendre son opinion sur la manière dont le pacte pouvait être réformé. Beaucoup ont aussi souligné la nécessité pour la Commission européenne de lutter plus efficacement contre la fraude fiscale et les paradis fiscaux, notamment en introduisant un taux minimal d'imposition des sociétés dans l'UE, en élargissant la liste des pays considérés comme des paradis fiscaux, et en s’attaquant au problème des États membres qui se comportent comme des paradis fiscaux.


Par ailleurs, les députés ont demandé des détails sur la manière dont la proposition d'un régime européen de réassurance chômage pouvait être étoffée et quels instruments pouvaient être envisagés pour mieux gérer les mouvements anticycliques. Ils ont aussi posé des questions sur le renforcement de la dimension sociale du semestre européen et sur les solutions pour débloquer les législations bloquées au Conseil.


Revoir l’audition dans son intégralité


Prochaines étapes


Sur la base des recommandations des commissions parlementaires, la Conférence des présidents décidera le 17 octobre si le Parlement a reçu suffisamment d'informations pour déclarer la procédure d'auditions close. Si tel est le cas, la plénière se prononcera sur l'approbation ou non de la Commission européenne dans son ensemble le 23 octobre, à Strasbourg.


Contexte


Les députés de la commission des affaires budgétaires ont également participé à l’audition.