Partager cette page: 

  • Appel à la réduction des émissions issues des transports aérien et maritime internationaux 
  • Les pays de l’UE devraient doubler leur contribution au Fonds vert pour le climat 
  • Les décisions prises dans les dix prochaines années auront des conséquences pour l’humanité durant les 10 000 ans à venir 

L’UE doit s’engager pour la neutralité carbone d’ici 2050 et renforcer son ambition 2030 en matière de réduction des émissions, a déclaré mercredi la commission de l’environnement.

En amont de la Conférence de l’ONU sur le changement climatique (COP25) qui se tiendra à Madrid en décembre, les députés de la commission de l’environnement, de la santé publique et de la sécurité alimentaire ont adopté mercredi une résolution appelant l’UE à soumettre dès que possible à la Convention de l’ONU sur le changement climatique sa stratégie à long terme pour atteindre la neutralité climatique au plus tard en 2050. Cela permettrait à l’UE de maintenir son leadership mondial en matière de lutte contre le changement climatique.


Les députés ont également souligné la nécessité pour l’UE d’augmenter son niveau d’ambition pour 2030 afin d’atteindre les objectifs 2050. Les députés espèrent que le pacte vert européen annoncé par la Présidente élue de la Commission, Ursula von der Leyen, inclura un objectif de réduction des émissions de 55% d’ici 2030.


Une ambition mondiale pour les transports aérien et maritime ne suffit pas


Les députés précisent que l’ambition actuelle concernant les transports aérien et maritime est insuffisante au regard des réductions d’émissions nécessaires et pensent donc que tous les pays devraient inclure les émissions issues des transports aérien et maritime internationaux dans leurs projets de contributions déterminées au niveau national.


Davantage de financements pour lutter contre le changement climatique


Les pays de l’EU devraient a minima doubler leur contribution au Fonds international vert pour le climat, affirme la commission. Les députés soulignent que les États membres sont les principaux bailleurs de fonds publics pour la lutte contre le changement climatique et que le budget de l’UE devrait être pleinement conforme à ses engagements internationaux. Ils notent par ailleurs que les promesses réelles des pays développés sont encore en-deçà de l’objectif collectif visant à mobiliser 100 milliards de dollars par an à compter de 2020.


Enfin, ils demandent instamment à tous les pays de l’UE de supprimer progressivement toutes les subventions directes et indirectes en faveur des combustibles fossiles d’ici 2020 et ils appellent la Banque européenne d’investissement à cesser de prêter de l’argent pour des projets liés aux combustibles fossiles, sauf pour le gaz lorsque celui-ci est utilisé en combinaison avec des énergies renouvelables. Les décisions mondiales qui seront prises durant les dix prochaines années auront un impact sur l’avenir de l’humanité dans les 10 000 ans à venir, précisent les députés.


Citation


Le président de la commission de l’environnement, de la santé publique et de la sécurité alimentaire, Pascal Canfin (Renew Europe, FR), a déclaré: ‘‘La commission de l’environnement montre la voix pour que l'Europe soit le premier continent neutre en carbone en 2050. Alors que les États-Unis confirmaient hier leur sortie de l’accord de Paris, nous avons réaffirmé aujourd’hui que nous voulions que l’Europe agisse très sérieusement pour lutter contre le dérèglement climatique.’’


Prochaines étapes


La commission de l’environnement a adopté le projet de résolution par 62 voix pour, 11 contre et 0 abstention. Le texte sera mis aux voix du Parlement dans son ensemble lors de la session plénière de novembre II (25-28 novembre) à Strasbourg.


Contexte


La Commission européenne a déjà proposé un objectif de neutralité carbone d’ici 2050, mais le Conseil européen n’a toujours pas approuvé, certains pays s’y opposant. La COP25 se tiendra à Madrid du 2 au 13 décembre 2019. Une délégation du Parlement européen, menée par Bas Eickhout (Verts/ALE, NL), y participera.