Partager cette page: 

  • Le Parlement européen demande au parlement polonais de rejeter le projet de loi 
  • L’absence d'éducation sexuelle adéquate met les jeunes en danger 
  • Les députés demandent plus de fonds pour la société civile en matière d'éducation sexuelle 

Dans une résolution, les députés expriment leur profonde inquiétude face à un projet de loi polonais qui pourrait mettre en prison les enseignants dispensant une éducation sexuelle.

Dans le texte adopté jeudi par 471 voix pour, 128 voix contre et 57 abstentions, les députés critiquent un projet législatif dont le but est de criminaliser l'éducation sexuelle des mineurs en Pologne. Cette initiative visant à modifier une loi polonaise contre la pédophilie menace les enseignants d'une peine pouvant aller jusqu'à trois ans d'emprisonnement et des propositions ont été formulées pour porter cette peine à cinq ans.


Le Parlement européen condamne la tendance en Pologne consistant à désinformer les jeunes ainsi qu’à stigmatiser et à interdire la sexualité dans l’éducation. Les eurodéputés invitent le parlement polonais à s'abstenir d'adopter le projet de loi, qui fait suite aux récentes tentatives visant à limiter les droits sexuels et reproductifs en Pologne, notamment le droit à l'avortement.


Protéger les jeunes contre les abus grâce à une meilleure éducation


La résolution encourage tous les pays de l'UE à dispenser une éducation sexuelle complète et adaptée à l'âge dans les écoles. Les députés soulignent que le manque d'information et d'éducation sexuelle nuit à la sécurité et au bien-être des jeunes, et les rend plus vulnérables à l'exploitation sexuelle, aux abus et à la violence, notamment au harcèlement en ligne.


Enseigner aux jeunes l'égalité entre les sexes, le consentement et le respect mutuel peut contribuer à prévenir et à combattre les stéréotypes de genre, l'homophobie, la transphobie et la violence sexiste, estiment les députés.


Reconnaissant le rôle important de la société civile dans l'éducation sexuelle, les députés demandent que les organisations concernées bénéficient d'un financement adéquat au niveau de l'UE, que ce soit par le biais du programme "Droits et valeurs" 2021-2027 ou d'autres projets pilotes de l’Union. Ils invitent également le Conseil à examiner le projet législatif polonais dans le cadre des auditions relatives à l'article 7, paragraphe 1.