Partager cette page: 

  • Des mesures plus ciblées sont nécessaires pour protéger les pollinisateurs 
  • La réduction de l’usage des pesticides devrait être un indicateur de réussite 
  • Des fonds supplémentaires pour soutenir la recherche sur la cause du déclin des abeilles 

Des mesures urgentes sont nécessaires (réduire l’usage des pesticides, mieux financer la recherche et améliorer la surveillance) pour sauver les abeilles de l’UE, selon les députés.

La commission de l’environnement, de la santé publique et de la sécurité alimentaire a adopté mardi une résolution soulignant les faiblesses de l’initiative européenne pour les pollinisateurs, qui l’empêchent de suffisamment s’attaquer aux causes principales du déclin des pollinisateurs en Europe.


La commission parlementaire propose que la réduction de l’usage des pesticides devienne un ‘‘indicateur commun’’ avec lequel évaluer l’efficacité des mesures nationales protégeant les abeilles et autres pollinisateurs.

Afin de contribuer à réduire les résidus de pesticides dans l’habitat des abeilles, les députés souhaitent en outre que la réduction de l’usage des pesticides devienne un enjeu majeur de la prochaine politique agricole commune (PAC).


Les députés demandent enfin davantage de financements pour soutenir la recherche sur les causes du déclin des abeilles, afin de protéger la diversité des espèces pollinisatrices, ainsi que la mise en place d’indicateurs de vitalité des colonies pour contrôler la réussite des actions mises en œuvre.


L’initiative européenne pour les pollinisateurs n’est pas suffisante


Le texte adopté est une réponse à l’initiative européenne pour les pollinisateurs de la Commission européenne et souligne le manque de mesures appropriées pour protéger les abeilles et autres pollinisateurs contre les évolutions liées au changement d’affectation des sols, à la perte des habitats, aux pratiques agricoles intensives, au changement climatique et aux espèces exotiques envahissantes. L’initiative ne permet pas de traiter suffisamment les causes profondes du déclin des pollinisateurs qui sont essentiels pour la biodiversité et la reproduction de nombreuses espaces de plantes, affirment les députés.


La résolution a été adoptée par 67 voix pour, 0 contre et 1 abstention.


Prochaines étapes


La résolution sera mise aux voix en plénière en décembre à Strasbourg.


Contexte


En avril 2018, l’UE a interdit l’usage extérieur de la clothianidine, l’imidaclopride et le thiaméthoxame, connus sous le nom de néonicotinoïdes. Toutefois, plusieurs États membres ont annoncé des dérogations d’urgence concernant leur territoire.


Après les appels du Parlement et du Conseil à des actions en faveur de la protection des abeilles et autres pollinisateurs, la Commission a présenté sa communication sur l’initiative européenne pour les pollinisateurs le 1er juin 2018.