Déclaration de la présidente: Journée internationale des droits de l'homme 

Communiqué de presse 
 
 

Partager cette page: 

Déclaration de la présidente de la sous-commission des droits de l'homme du Parlement européen, Maria Arena, à l'occasion de la Journée internationale des droits de l'homme, le 10 décembre.

"L’année 2019 aura été marquée par des appels en faveur de la démocratie exprimés hauts et forts par des manifestations massives et pacifiques de citoyens, notamment en Algérie, au Chili, à Hong Kong, en Irak, au Liban, ou encore au Soudan.

Plus de sept décennies après l’adoption de la Déclaration Universelle des droits de l’homme par l’Assemblée générale des Nations unies le 10 décembre 1948, ces mouvements nous montrent une nouvelle fois l’aspiration des populations de vivre dans un pays qui garantisse, à tous, justice et état de droit. Cela démontre, si besoin en était, le caractère universel des droits de l’Homme. Ces aspirations sont portées le plus souvent par les jeunes générations qui expriment leur désir profond de changement et d’avenir. Les diverses initiatives entreprises pour le climat en sont l’illustration.

Cette année 2019 a également été marquée par l’anniversaire des trente ans de la Convention sur les droits de l’enfant, le traité international le plus ratifié au monde. À cette occasion, le Parlement européen a recueilli, lors d’une conférence, le souhait de ces jeunes citoyens de voir leurs droits les plus fondamentaux respectés, notamment en termes d’accès à la santé, à l’éducation, à la protection et à la lutte contre toute forme de violence. Il est inacceptable que plus d’un million d’enfants dans le monde soient privés de liberté comme le montre le récent rapport des Nations unies. Il est glaçant de constater qu’entre 2014 et 2017 plus de 30.000 mineurs non accompagnés ont disparu sur les chemins migratoires alors qu’ils fuyaient guerre et misère.

Nombres de personnes, en particulier d’enfants, vivent dans des zones de conflits. Le sort des réfugiés, des migrants et des déplacés ainsi que le respect de leurs droits, doit également être au centre de nos préoccupations. La mise en œuvre des pactes mondiaux pour les réfugiés et les migrants que l’UE et son Parlement ont vigoureusement soutenu ne sera effective que lorsque ces droits seront respectés.

Enfin, le Parlement poursuivra ses efforts pour contribuer à la lutte contre l’impunité et au renforcement de la justice pénale internationale. L’impunité est un système entier qu’il est impératif de démanteler par et pour le droit."