Frontière gréco-turque: les députés rejettent la pression de la Turquie et demandent des règles communes en matière d’asile 

Communiqué de presse 
Session plénière 
 
 

Partager cette page: 

L’UE doit aider la Grèce à gérer sa frontière extérieure, tout en garantissant le droit d’asile à ceux qui en ont besoin, ont déclaré mardi plusieurs députés.

Lors d’un débat avec la commissaire Johansson et la présidence croate du Conseil, une majorité des intervenants ont critiqué l’utilisation par le Président turc Erdoğan de la souffrance des peuples à des fins politiques. De nombreux autres ont souligné que la crise des réfugiés de 2015 ne devait pas se reproduire et ont insisté pour que l’UE mette à jour ses règles en matière d’asile.


Certains chefs des groupes politiques ont appelé à une révision de l’accord avec la Turquie conclu en 2016 pour freiner le flux de migrants et de demandeurs d’asile en échange d’une aide financière de l’UE. D’autres ont fait part de leur préoccupation quant à la situation humanitaire détériorée à la fois à la frontière avec la Turquie mais également sur les îles grecques, où des milliers de demandeurs d’asile, dont de nombreux mineurs non accompagnés, sont bloqués.


La nécessité de respecter la Convention de Genève et d’offrir une protection aux réfugiés, les allégations de violence policière à l’encontre des personnes tentant de passer la frontière et les risques posés par la possible entrée de djihadistes sur le territoire de l’UE ont également été évoqués au cours du débat.


Pour revoir le débat, cliquez ici.