L’avenir de l’UE est en jeu: une majorité de députés se félicitent des propositions de la Commission sur le plan de relance 

Communiqué de presse 
Session plénière 
 
 

Partager cette page: 

Session plénière extraordinaire avec Ursula von der Leyen et le Conseil pour débattre du plan de relance et du budget à long terme. @EP/DLL  

Focalisée sur les générations futures, la Présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, a débattu du plan de relance de 750 milliards d’euros intégré au budget à long terme révisé.

Suite à la présentation par la Présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, et à l’engagement pris par la représentante de la présidence croate du Conseil, Nikolina Brnjac, de travailler avec les États membres pour conclure rapidement les négociations avec le Parlement sur le nouveau paquet, les dirigeants des groupes politiques ont pris la parole pour partager leurs premières réactions. Cliquez sur les noms des différents intervenants pour revoir leur intervention.


‘‘La solidarité européenne est de retour et nous ouvrons un nouveau chapitre pour l’UE’’, a déclaré Manfred Weber (PPE, DE). Cet argent frais doit être dépensé sur des idées nouvelles et pas sur les problèmes passés de l’Europe. ‘‘La solidarité va de pair avec la responsabilité’’, il faut donc savoir clairement comment l’argent sera remboursé, a-t-il ajouté, appelant à de nouvelles ressources propres et aux géants numériques à prendre leur part.


Iratxe García Pérez (S&D, ES) a remercié Ursula von der Leyen pour sa proposition ambitieuse et pour avoir donné au Parlement ‘‘le rôle qu’il mérite’’ dans la conception du plan de relance. Avertissant que la survie du projet européen était en jeu, elle a exhorté le Conseil à adopter le nouveau CFP à la majorité qualifiée afin d’éviter que l’UE ne soit ‘‘prise en otage par quatre États membres qui préfèrent une réponse nationale à une réponse européenne.’’


‘‘Il s’agit d’un tournant historique sans précédent pour l’Europe’’, a déclaré Dacian Cioloș (Renew Europe, RO). ‘‘Le CFP et le plan de relance doivent se concentrer sur l’avenir’’, avec pour socle fondateur le pacte vert et l’agenda numérique’’, a-t-il ajouté. ‘‘Nous pouvons être en désaccord sur certains détails, mais je salue véritablement cette approche’’, a-t-il conclu en rappelant aux États membres que ‘‘l’UE n’était pas une machine à cash. La solidarité s’accompagne de valeurs.’’

Jörg Meuthen (ID, DE), a rejeté la proposition, la qualifiant de ‘‘totalement mauvaise et absurde’’, sans véritable base juridique, et manquant de responsabilité et de sens économique. La Commission veut dépenser de l’argent ‘‘comme s’il n’y avait pas de lendemain.’’ Et de conclure: ‘‘C’est un prix fort à payer pour les contribuables européens.’’


Ska Keller (Verts/ALE, DE), a déclaré: ‘‘Nous ne devons pas répéter les grandes erreurs du passé et soumettre des pays à l’austérité et à des idéologies de marché aveugles’’, a-t-elle exhorté. ‘‘Au contraire, nous devons nous assurer que l’argent est bien investi dans des projets qui aideront sur le long terme, créeront de l’emploi et sauveront notre planète.’’


Johan Van Overtveldt (ECR, BE) a déclaré: ‘‘Si nous autorisons des subventions et des prêts, il doit y avoir des conditions claires. L’argent doit aller là où il est le plus nécessaire, et des mécanismes de sécurité doivent être mis en place pour nos entreprises. Les personnes qui travaillent et épargnent ne devraient pas avoir à ‘‘débourser’’ de l’argent pour ces programmes.


‘‘Au lieu d’assumer une rupture franche avec les dogmes du passé’’, le plan de relance s’arrête ‘‘au milieu du gué’’, a déclaré Manon Aubry (GUE/NGL, FR). Saluant les nouvelles propositions sur les ressources propres, elle a appelé à l’annulation de la dette de la crise, à la mise en place de prêts perpétuels directs aux États membres et à un conditionnement du soutien public aux entreprises à des contreparties sociales.


La Commission a par ailleurs dévoilé son programme de travail révisé pour 2020, qui priorisera les actions nécessaires à la relance et la résilience de l’Europe.


Prochaines étapes

Le Parlement et le Conseil débattront des nouvelles propositions et décideront de la forme finale du paquet au cours des négociations à venir.