La route migratoire de Méditerranée centrale en période de COVID-19 

Communiqué de presse 
 
 

Partager cette page: 

Les députés examineront avec des représentants d’institutions de l’UE et d’organisations internationales la situation migratoire dans la Méditerranée centrale en pleine pandémie.

La commission des libertés civiles a suivi de près les derniers développements dans la région, après que Malte, l’Italie et la Libye ont déclaré leurs ports comme non sûrs en raison du COVID-19. Cela a conduit à des refus d’aide à des navires en détresse et à des épisodes où des centaines de demandeurs d’asile ont passé plusieurs semaines dans des bateaux dérivant à proximité du port avant de pouvoir débarquer.


La Commission européenne, le Service européen pour l’action extérieure, le HCR, l’OIM et l’ONG allemande Sea Eye donneront aux députés les dernières informations. Par ailleurs, les députés espèrent obtenir des détails très attendus sur le mandat et les activités de la nouvelle opération navale européenne IRINI, qui a pris le 1er avril le relai de l’opération Sophia et dont la principale mission est de garantir l’application de l’embargo sur les armes imposé à la Libye par le Conseil de sécurité de l’ONU.


Selon le HCR, depuis le début de cette année, 5 472 migrants et demandeurs d’asile sont arrivés en Italie par bateau et 1 694 à Malte. Durant la même période, 7 697 personnes sont arrivées en Espagne via la Méditerranée, et 10 076 en Grèce. Au moins 186 personnes ont perdu la vie en tentant d’atteindre les côtes européennes.


DATE: lundi 15 juin, de 16h45 à 18h45

LIEU: Parlement européen à Bruxelles, bâtiment Antall , salle 4Q1 et à distance


Cliquez ici pour découvrir l’ordre du jour et la liste des intervenants. Pour suivre le débat en direct, cliquez ici.