COVID-19: les députés demandent des mesures de soutien sans précédent pour les entreprises et travailleurs de l’UE 

Communiqué de presse 
 
 

Partager cette page: 

  • Les lignes directrices de l’UE pour l’emploi doivent être révisées pour tenir compte de la pandémie de COVID-19 
  • La flexibilité fiscale pour les pays de l’UE doit refléter la dimension et la durée de la crise 
  • Seules les entreprises qui ne sont pas enregistrées dans des paradis fiscaux pourront bénéficier du mécanisme de financement SURE pour les régimes de chômage partiel 

Afin d’empêcher des pertes massives d’emplois, les députés de la commission de l’emploi demandent des mesures radicales pour aider les entreprises et les travailleurs à sortir de la crise.

Les États membres doivent prendre des mesures radicales pour amortir le choc social et sur l’emploi provoqué par la pandémie de coronavirus, affirme la résolution sur les lignes directrices de l’UE pour l’emploi rédigée par José Gusmão (GUE/NGL, PT) et adoptée mercredi en commission de l’emploi et des affaires sociales. Le texte appelle la Commission européenne à réviser les lignes directrices afin de prendre en compte les conséquences de la pandémie de COVID-19 et de mieux répondre aux futures crises.


Les mesures proposées par les députés incluent des subventions salariales, des aides au revenu, une prolongation des systèmes de prestations de chômage, une prolongation des congés maladie et des congés pour aider un proche, ainsi que des dispositifs de télétravail. La lutte contre le chômage des jeunes, le sans-abrisme et la pauvreté doit être prioritaire et soutenue via une garantie pour la jeunesse renforcée, une garantie pour l’enfance pour lutter contre la pauvreté infantile, et l’approche ‘‘Un logement avant tout’’, précisent-ils.


Soutien à la mobilité de la main-d’œuvre et aide financière pour les entreprises de l’UE

Le texte exige que seules les entreprises qui ne sont pas enregistrées dans des paradis fiscaux, respectent les conventions collectives applicables et ne versent pas de dividendes et de bonus puissent faire une demande d’aide financière via le mécanisme SURE pour le chômage partiel. Il salue la proposition d’instaurer de façon permanente un régime européen de réassurance chômage d’ici à la fin de l’année. Les députés considèrent que la durée d’application de la clause dérogatoire générale, qui offre de la flexibilité fiscale aux États membres lors de chocs économiques sévères, doit ‘‘refléter la dimension et la durée de la crise du COVID-19’’.


Afin de créer de nouvelles opportunités en matière d’emploi, les députés proposent que les États membres soutiennent une mobilité de la main-d’œuvre équitable dans toute l’Europe et qu’ils renforcent le programme de mobilité Erasmus+. Ils devraient également accélérer la numérisation des services publics, notamment en ce qui concerne la coordination des régimes de sécurité sociale.


Le texte a été adopté par 46 voix pour, 5 contre et 3 abstentions.


Prochaines étapes

Le Parlement dans son ensemble devrait se prononcer sur le projet de rapport adopté en commission aujourd’hui lors de la session plénière de septembre.


Contexte

Les lignes directrices pour l’emploi (article 148 du traité sur le fonctionnement de l’UE) présentent les objectifs stratégiques pour les politiques nationales de l’emploi et les priorités politiques en matière d’emploi, d’éducation et d’inclusion sociale. Le Conseil adopte le texte après consultation du Parlement européen. Les lignes directrices servent de base pour les recommandations par pays dans les différents secteurs concernés.


La Commission européenne a présenté la révision 2020 des lignes directrices en février dernier, avant la pandémie de COVID-19, afin d’intégrer les quatre dimensions de la stratégie annuelle pour une croissance durable, et notamment la dimension environnementale, en lien avec ‘‘Une Europe sociale forte pour des transitions justes’’ et les objectifs de développement durable des Nations unies.