Nécessité d’une capacité de protection civile renforcée au vu de la crise du COVID-19 

Communiqué de presse 
Session plénière 
 
 

Partager cette page: 

  • L’UE doit pouvoir posséder des équipements et aider directement les États membres lorsque leurs capacités nationales ont atteint leurs limites 
  • Un contrôle nécessaire du Parlement sur les montants alloués à la prévention, à la préparation et à la réponse 
  • Les négociations doivent immédiatement débuter avec le Conseil pour que le nouveau système devienne opérationnel dès 2021 
RescEU a déjà aidé des États membres à sauver des vies. Les députés souhaitent que son rôle soit renforcé. ©EU2020/EC/Piero Cruciatti  

Le Parlement appelle au renforcement du mécanisme de protection civile de l’UE afin de mieux répondre aux urgences de grande ampleur telles que la crise du COVID-19.

Le mécanisme de protection civile de l'UE (MPCU) a aidé avec succès des États membres à sauver des vies, notamment pendant la crise du COVID-19, en coordonnant et en soutenant les efforts en matière de protection civile. Des équipements médicaux tels que des respirateurs, des équipements de protection individuels, des vaccins et des produits thérapeutiques ont également été fournis via rescEU afin de soutenir les services sanitaires nationaux durant la pandémie. Cette semaine, le mécanisme a été utilisé pour acheminer une aide supplémentaire aux réfugiés de Lesbos suite à l’incendie du camp de Moria.


Toutefois, la pandémie a aussi révélé que lorsque de nombreux États membres sont touchés par la même urgence simultanément, la gestion de crise telle qu’établie aujourd’hui a montré ses limites. Les députés souhaitent donc un rôle accru de l’UE via rescEU afin de garantir que les États membres ne soient pas contraints de compter sur leurs propres ressources et sur un soutien volontaire pour faire face à de telles situations d'urgence.


Nécessité d’un financement plus important et plus transparent

Dans les négociations en cours sur le budget de l’UE et le fonds de relance, le Parlement a plaidé pour une augmentation significative du budget proposé par la Commission.


Le Parlement souhaite qu’un montant bien plus important soit alloué à la préparation, notamment à l’achat de nouveaux équipements nécessaires, et de matériels et ressources permettant de mieux aider les États membres lorsque les capacités nationales ont atteint leurs limites. Cela permettrait de répondre rapidement et efficacement à des urgences de grande ampleur ou à des événements rares mais à fort impact, notamment les urgences médicales comme celle du COVID-19.


Pour plus de transparence quant à l’utilisation des fonds européens, les députés souhaitent également préciser comment l’argent est réparti entre les trois piliers du mécanisme: la prévention, la préparation et la réponse.


Vous pouvez visionner la vidéo du débat en cliquant ici.


Citation

Après le vote, le rapporteur Nikos Androulakis (S&D, EL) a déclaré: ‘‘Nous avons besoin de davantage de solidarité européenne. Avec nos propositions, nous protégeons et assistons plus efficacement les citoyens européens, où qu’ils résident, en augmentant le taux de cofinancement à 100%, en optimisant les actions de prévention et en donnant à la Commission la possibilité d’acquérir, de louer ou de prendre en crédit-bail les capacités nécessaires. Le Parlement est prêt à entamer les négociations. Nous souhaitons que le mécanisme soit prêt à faire face non seulement à une éventuelle seconde vague de la pandémie ou à des feux de forêt mais à tout autre future catastrophe naturelle ou d’origine humaine.’’


Prochaines étapes

Le rapport a été adopté par 617 voix pour, 52 contre et 23 abstentions. Le Parlement est désormais prêt à entamer les négociations avec les États membres afin de permettre au mécanisme révisé d’entrer en vigueur d’ici janvier 2021.


Contexte


L’objectif initial du mécanisme de protection civile, créé en 2013, était de renforcer la coopération dans le but d'améliorer la prévention, la préparation et la réponse aux catastrophes. Lorsqu’une urgence a une ampleur qui dépasse les capacités de réaction d'un pays, celui-ci peut demander de l’aide volontaire des autres pays par le biais du mécanisme.


En 2019, rescEU a été créé pour permettre à l’UE d’aider directement les États membres touchés par des catastrophes lorsque les capacités nationales sont surexploitées. Ses avions et hélicoptères de lutte contre les incendies ont aidé les États membres à sauver des vies lors de tremblements de terre, d'ouragans, d'inondations et de feux de forêts, et contribué à l'évacuation de ressortissants de l'UE - dont plus de 75 000 citoyens européens pendant la crise du COVID-19. De plus, des équipements médicaux tels que des ventilateurs, des équipements de protection individuelle, des vaccins, des produits thérapeutiques ainsi que des fournitures de laboratoire ont été fournis via rescEU en vue de soutenir les services de santé nationaux pendant la pandémie.