Violations des droits de l'homme à Hong Kong, en Turquie et au Vietnam 

Communiqué de presse 
Session plénière 
 
 

Partager cette page: 

  • Les autorités de Hong Kong doivent libérer les personnes détenues pour des motifs politiques 
  • La Turquie appelée à libérer Selahattin Demirtaş et les autres représentants de l'opposition emprisonnés illégalement 
  • Les autorités vietnamiennes doivent mettre fin à la répression de la dissidence 

Jeudi, le Parlement a adopté trois résolutions dressant le bilan de la situation des droits de l'homme à Hong Kong, en Turquie et au Vietnam.

Répression de l'opposition démocratique à Hong Kong

Le Parlement demande la libération immédiate et inconditionnelle des représentants de l’opposition démocratique et des militants arrêtés à Hong Kong durant les deux premières semaines de 2021, ainsi que de toutes les personnes précédemment arrêtées pour subversion en vertu de la loi sur la sécurité nationale de Hong Kong.


Il en va de même pour tous les manifestants pacifiques de Hong Kong, les militants et les membres de l'opposition arrêtés pour des motifs politiques, notamment les personnalités de l'opposition Joshua Wong, Ivan Lam et Agnes Chow. Toutes les charges retenues contre elles devraient être abandonnées, affirme le Parlement.


Les députés regrettent que la récente décision sur une conclusion politique de l’accord global sur les investissements UE-Chine n’ait pas reflété les demandes du Parlement d’utiliser les négociations sur les investissements comme un moyen de pression visant à préserver le haut degré d’autonomie de Hong Kong. En se hâtant de conclure cet accord sans prendre de mesures concrètes contre les graves violations des droits de l’homme qui perdurent, l’Union risque de nuire à sa crédibilité en tant qu’acteur mondial des droits de l’homme, affirment les députés.


Par ailleurs, le Parlement invite instamment les États membres à envisager l’introduction de sanctions ciblées contre des personnes à Hong Kong et en Chine, notamment la dirigeante de Hong Kong Carrie Lam, dans le cadre du régime de sanctions globales de l’Union en matière de droits de l’homme.


Le texte a été adopté par 597 voix pour, 17 contre et 61 abstentions.

Consultez la résolution dans son intégralité (21.01.2021).

Situation des droits de l'homme en Turquie, notamment le cas de Selahattin Demirtaş et d'autres prisonniers d'opinion


Les députés demandent la libération immédiate et inconditionnelle de Selahattin Demirtaş, homme politique turc de l'opposition, ancien député et ancien candidat à la présidence, qui est détenu depuis plus de quatre ans par les autorités turques sur la base d'accusations infondées et malgré deux arrêts de la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) en faveur de sa libération.


De plus, ils exigent l’abandon de toutes les poursuites politiquement motivées qui visent M. Demirtaş et les autres membres du parti d’opposition HDP.


La résolution exprime de grandes inquiétudes quant au recul persistant de la Turquie en ce qui concerne l'indépendance du pouvoir judiciaire et le mépris dont font preuve le pouvoir judiciaire et les autorités turques face aux décisions de la CEDH. Le texte appelle les autorités turques à mettre un terme au harcèlement judiciaire des défenseurs des droits de l’homme, des universitaires, des journalistes, des dirigeants religieux, des avocats et des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, transgenres et intersexuées.


Afin d’ouvrir un nouveau chapitre dans les relations UE-Turquie, tel que le Président Erdoğan et d’autres hauts fonctionnaires du gouvernement l’ont exprimé le 9 janvier 2021, les députés estiment que le respect et l’application des arrêts de la CEDH constitueraient une étape importante qui rendrait ces déclarations plus crédibles. L’amélioration des relations entre l’UE et la Turquie requiert, entre autres choses, une amélioration mesurable du respect des principes démocratiques, de l’État de droit et des droits fondamentaux en Turquie, affirment les députés.


Le texte a été adopté par 590 voix pour, 16 contre et 75 abstentions.

Consultez la résolution dans son intégralité (21.01.2021).

Situation des droits de l'homme au Vietnam, en particulier le cas des journalistes Pham Chi Dung, Nguyen Tuong Thuy et Le Huu Minh Tuan

Le Parlement invite les autorités vietnamiennes à libérer immédiatement et sans condition les défenseurs des droits de l’homme et les journalistes Pham Chi Dung, Nguyen Tuong Thuy et Le Huu Minh Huan, ainsi que toutes les autres personnes emprisonnées et condamnées pour avoir simplement exercé leur droit à la liberté d’expression, et à abandonner toutes les charges à leur encontre.


Les députés sont consternés par l’intensification de la répression de la dissidence et les violations croissantes des droits de l’homme au Vietnam, et condamnent ces actions.


Ils rappellent que le respect des droits de l’homme constitue un fondement essentiel des relations bilatérales entre le Vietnam et l’UE, ainsi qu’un aspect fondamental de l’accord de partenariat et de coopération UE-Vietnam et de l’accord de libre-échange UE-Vietnam.


Le Parlement demande à toutes les parties concernées d'utiliser les accords UE-Vietnam existants pour améliorer la situation des droits de l'homme dans le pays. Il invite également la Commission et le Service européen pour l’action extérieure à procéder rapidement à une évaluation complète de l’incidence de l’accord de libre-échange sur les droits de l’homme au Vietnam.


Le texte a été adopté par 592 voix pour, 32 contre et 58 abstentions.

Consultez la résolution dans son intégralité (21.01.2021).