Les députés ont tenu leur dernier débat sur les futures relations UE-Royaume-Uni avant d’adopter l’accord 

Communiqué de presse 
Session plénière 
 
 

Partager cette page: 

Les députés ont salué l'accord et insisté pour que le Royaume-Uni le respecte. ©AdobeStock/Feodora  

Lors d'un débat mardi, les groupes politiques du Parlement ont plaidé en faveur de l'accord qui fixe les règles de la future relation entre l'UE et le Royaume-Uni.

La plupart des députés ainsi que la Présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, et la présidence portugaise du Conseil ont souligné qu’ils regrettaient le départ du Royaume-Uni, mais ont plaidé pour un vote en faveur de l'accord de commerce et de coopération entre l'UE et le Royaume-Uni. Il s’agit de la meilleure option pour amortir les pires conséquences du Brexit et garantir l'intégrité du marché unique, ont-ils ajouté.

Concernant les mesures unilatérales prises par le Royaume-Uni en violation de l'accord de retrait et de son protocole sur l'Irlande du Nord, la plupart des intervenants ont estimé que l'accord fournira des outils juridiques supplémentaires pour prévenir les divergences unilatérales par rapport aux obligations des deux parties.

Après quatre mois d'examen intense, les députés ont par ailleurs souligné que le Parlement continuera de jouer un rôle actif en surveillant de près si le Royaume-Uni respecte pleinement ses obligations.

Le Parlement votera plus tard dans la journée pour donner ou non son approbation à l’accord et se prononcera sur une résolution énonçant son évaluation et ses attentes à l'égard de l'accord. Les résultats sont annoncés mercredi 28 avril à 9 heures.

Regarder l’enregistrement vidéo du débat ici et la conférence de presse ici.

Contexte

Le 24 décembre 2020, les négociateurs de l’UE et du Royaume-Uni ont conclu l’accord de commerce et de coopération établissant les termes de la future coopération UE-Royaume-Uni. Afin de limiter au maximum les perturbations, l'accord s’applique provisoirement depuis le 1er janvier 2021. L’approbation du Parlement est nécessaire pour que l'accord entre en vigueur de façon permanente avant qu’il n’arrive à échéance le 30 avril 2021.