Droits de l’homme: Tchad, Haïti, prisonniers de guerre arméniens en Azerbaïdjan 

Communiqué de presse 
Session plénière 
 
 

Partager cette page: 

  • L’Azerbaïdjan doit mettre fin au traitement dégradant des prisonniers de guerre arméniens 
  • Les autorités tchadiennes doivent garantir le retour de l’ordre constitutionnel 
  • Les autorités haïtiennes doivent organiser de nouvelles élections libres et équitables 

Jeudi, les députés ont adopté trois résolutions sur la situation des droits de l’homme au Tchad et en Haïti, et sur la situation des prisonniers de guerre arméniens en Azerbaïdjan.

Situation en Azerbaïdjan

Le Parlement déplore les violences commises lors de la dernière guerre entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan au sujet de la région du Haut-Karabakh entre le 27 septembre et le 10 novembre 2020. Par ailleurs, les députés se disent profondément préoccupés par les informations crédibles selon lesquelles l’Azerbaïdjan détient et torture des prisonniers de guerre et d’autres détenus dans des conditions dégradantes depuis la fin des hostilités actives.

Les députés prient instamment le gouvernement azéri de fournir des listes complètes de toutes les personnes détenues dans le cadre du conflit armé et de fournir des informations sur leur localisation et leur état de santé, y compris celles qui sont décédées en captivité.

Pour conclure, la résolution demande la libération immédiate et inconditionnelle de tous les militaires et civils arméniens détenus en Azerbaïdjan pendant et après le conflit, et demande au pays de s’abstenir à l’avenir de procéder à des détentions arbitraires.

Le texte dans son intégralité sera disponible ici (20.05.2021). Il a été adopté par 607 voix pour, 27 contre et 54 abstentions.

Situation au Tchad

Les députés déplorent le meurtre du Président Idris Déby et les récentes violences et pertes de vies humaines du fait d'attaques de groupes armés dans la région. Le 20 avril 2021, le Président Déby, qui était au pouvoir depuis 31 ans, est décédé lors d'une confrontation militaire avec des groupes rebelles un jour après avoir été déclaré vainqueur des élections présidentielles du 11 avril.

De plus, le Parlement condamne la prise du pouvoir par le Conseil militaire de transition tchadien le 20 avril 2021, suite au décès du Président Déby, ainsi que la suspension de la constitution tchadienne et la dissolution du gouvernement qui ont suivi.

La résolution demande au Conseil militaire de transition d’assurer un retour sans entrave et rapide à l'ordre constitutionnel et de veiller au respect des valeurs démocratiques, tout en soulignant que la récente nomination d'un gouvernement de transition civil incluant des membres de certains groupes de l'opposition représente un premier pas dans cette direction.

Pour plus de détails, la résolution sera disponible ici (20.05.2021). Elle a été adoptée par 635 voix pour, 27 contre et 31 abstentions.

Situation en Haïti

Le Parlement prie instamment les autorités haïtiennes d’organiser des élections législatives, locales et présidentielles libres, équitables, transparentes et crédibles, et de garantir une sécurité effective au cours de ces processus électoraux.

La résolution fait remarquer que l’échec des élections en octobre 2020 a amené un régime de gouvernement par décrets, et que les rumeurs de coups d’État manqués traduisent une instabilité politique et sociale croissante dans le pays. L’opposition politique et les groupes de la société civile affirment que le mandat du Président Jovenel Moïse a pris fin le 6 février 2021, conformément à la décision du Conseil supérieur de la magistrature d’Haïti, et insistent sur la nomination d’un Président provisoire. Cependant, le Président Moïse refuse jusqu’à présent de démissionner.

Les députés réaffirment également leur profonde préoccupation face à la détérioration de la situation humanitaire, politique et en matière de sécurité en Haïti. Ils condamnent fermement toutes les violations des droits de l’homme et tous les actes de violence, en particulier l’augmentation des enlèvements, de la traite des enfants vers la République dominicaine, des homicides et des viols.

Pour plus de détails, la résolution sera disponible ici (20.05.2021). Elle a été adoptée par 639 voix pour, 23 contre et 31 abstentions.