Des objectifs contraignants pour protéger la biodiversité et les humains 

Communiqué de presse 
Session plénière 
 
 

Partager cette page: 

  • 30% des surfaces terrestres et maritimes doivent être protégées 
  • Des objectifs contraignants en faveur d’une biodiversité urbaine telle que des toitures végétalisées sur les nouveaux immeubles 
  • Une action rapide est nécessaire pour arrêter le déclin de la population d’abeilles et d’autres pollinisateurs 
Le Parlement déclare que la faune sauvage européenne doit être mieux protégée. ©AdobeStock/creativenature  

Un "accord de Paris" et une législation de l’UE pour la biodiversité sont nécessaires pour garantir la restauration, la résilience et la protection des écosystèmes d’ici 2050.

Mardi, le Parlement a adopté une résolution sur "la stratégie de l’UE en faveur de la biodiversité à l’horizon 2030: ramener la nature dans nos vies" par 515 voix pour, 90 contre et 86 abstentions. Elle est destinée à répondre à la crise actuelle de la biodiversité en Europe et dans le reste du monde.

Avec un million d’espèces menacées d’extinction sur un total d’environ huit millions , l’état de la nature se détériore au niveau mondial à un rythme sans précédent (IPBES). Les députés ont dès lors salué l’ambition de la stratégie de l’UE en faveur de la biodiversité visant à garantir la restauration, la résilience et la protection des écosystèmes. À ce titre, ils ont demandé une législation de l’UE en matière de biodiversité similaire à celle sur le climat.

Les députés déplorent vivement que l’UE n’ait pas atteint ses objectifs en matière de biodiversité pour 2020, et déclarent que la nouvelle stratégie doit s’attaquer de manière adéquate aux cinq principaux facteurs de changements dans la nature: les changements dans l’utilisation des terres et des mers; l’exploitation directe des organismes; le changement climatique; la pollution; et les espèces exotiques envahissantes. Ils insistent sur l’importance de mobiliser 20 milliards d’euros par an pour les actions en faveur de la biodiversité en Europe.

Les députés ont également demandé qu’un accord, tel que celui de Paris sur le climat, soit conclu pour la biodiversité au cours de la conférence des Nations unies d’octobre 2021, qui définira les priorités mondiales en matière de biodiversité pour 2030 et au-delà.

30% des surfaces terrestres et maritimes de l’UE doivent être protégées

Bien que l’UE possède le plus large réseau de zones protégées au monde, les députés réaffirment la nécessité d’un plan de restauration de la nature de l’UE. Ils demandent à nouveau à ce qu’au moins 30% des zones terrestres et maritimes soient protégées d’ici 2030, et qu’au moins un tiers de ces zones, dont les forêts primaires et anciennes encore présentes, soient encore plus strictement protégées. Les objectifs nationaux devraient prendre en compte les différences de taille géographique et de part des zones naturelles.

Protection de la vie sauvage

Les députés ont déclaré qu'il ne devait pas y avoir de dégradation des tendances de conservation et qu’il fallait un "état de conservation favorable" pour toutes les espèces et tous les habitats protégés d'ici 2030. En outre, au moins un tiers des espèces et habitats qui ne sont pas actuellement dans un état de conservation favorable devraient atteindre cet objectif ou être sur la bonne voie pour l'atteindre. D’après les députés, l’UE doit mener les initiatives visant à mettre fin au commerce d’espèces menacées et de leurs parties.

Biodiversité dans les zones urbaines

Le Parlement soutient la mise en place d’une plateforme de l’Union pour l’écologisation urbaine ainsi que la définition d’objectifs contraignants en matière de biodiversité urbaine, tels que l’instauration d’un pourcentage minimum de toitures végétalisées sur les nouveaux immeubles et l’interdiction d’utiliser des pesticides chimiques.

Abeilles et autres pollinisateurs

Les députés s’opposent à ce que l’utilisation du glyphosate soit renouvelée après le 31 décembre 2022. Ils ont également réitéré leur appel pour que l’initiative européenne sur les pollinisateurs soit rapidement révisée afin d’inclure un système ambitieux qui permettrait leur surveillance à l’échelle de l’UE. Celui-ci établirait des objectifs et des indicateurs clairs pour arrêter le déclin de la population de pollinisateurs, ces derniers étant essentiels à l’environnement et à la sécurité alimentaire. Les députés soulignent que pour réduire l'utilisation des pesticides, les agriculteurs ont besoin de solutions de protection des cultures respectueuses de l'environnement.

Citation

Le rapporteur César Luena (S&D, ES) a déclaré: "Aujourd’hui, nous demandons une législation de l’UE en matière de biodiversité similaire à la loi climatique, qui établirait un cadre de gouvernance jusqu’en 2050 pour protéger la biodiversité et qui inclurait des objectifs contraignants pour 2030. Je suis heureux que nous soutenions les principaux objectifs de la proposition de la Commission ainsi que la mise en place du plan de restauration de la nature de l’Union, dont l’objectif est de réhabiliter au moins 30% des zones terrestres et maritimes de l’UE. Beaucoup sont en faveur d’une législation pour protéger et utiliser les sols durablement et d’un plan pour lutter ensemble contre les crises climatiques et de la biodiversité."