Le Parlement approuve le nouveau Fonds social pour soutenir les jeunes et les plus démunis 

Communiqué de presse 
Session plénière 
 
 

Partager cette page: 

  • 88 milliards d’euros pour la période 2021-2027 
  • Accent mis sur l’emploi des jeunes et l’accès à la garde d'enfants, à l'éducation, aux soins de santé et au logement 
  • Tous les États membres dépenseront au moins 3% du budget pour réduire l’extrême pauvreté 

Mardi, le Parlement a donné son feu vert final au principal outil européen pour investir dans les citoyens et dans la lutte contre les inégalités au cours des sept prochaines années.

Le Fonds social européen+ (FSE+), d'un montant de 88 milliards d'euros, jouera un rôle important dans la mise en œuvre du plan d’action sur le socle européen des droits sociaux et dans la lutte contre les conséquences socioéconomiques de la pandémie.

Investir dans les enfants et la jeunesse

Pendant les négociations, le Parlement a obtenu un financement plus ambitieux en vue d’investir dans l’emploi des jeunes et dans la lutte contre la pauvreté des enfants, deux groupes particulièrement touchés par la crise.

Les États membres dont le pourcentage de jeunes qui ne travaillaient pas, qui ne suivaient pas d’études ou n’étaient pas en formation (NEET) entre 2017 et 2019 dépasse la moyenne européenne, devraient consacrer au moins 12,5% de leurs ressources FSE+ en vue d’aider ces jeunes à renforcer leurs aptitudes ou à trouver un emploi de qualité. Les autres États membres devraient aussi consacrer des ressources à ce groupe, de préférence en mettant en œuvre les dispositifs de garantie pour la jeunesse.

De façon similaire, les États membres dont le pourcentage d’enfants à haut risque de pauvreté ou d’exclusion sociale entre 2017 et 2019 était au dessus de la moyenne européenne devraient investir au moins 5% leurs ressources de programmation pour soutenir directement un accès égal à des services de garde d'enfants, à l’éducation gratuite, aux soins de santé et à un logement décent. Tous les autres États membres sont tenus d’investir dans la lutte contre la pauvreté infantile.

Aider ceux qui en ont le plus besoin

À l’initiative du Parlement, au moins un quart des fonds seront dédiés à des mesures encourageant l'égalité des chances pour les groupes défavorisés, notamment les communautés marginalisées telles que les Roms et les ressortissants de pays tiers, en vue de réduire les obstacles sur le marché du travail, de lutter contre la discrimination et de s'attaquer aux inégalités en matière de santé.

Parmi les autres fonds, l’actuel Fonds européen d’aide aux plus démunis (FEAD) a été intégré au nouveau FSE+. Conformément aux nouvelles règles, tous les États membres devront dépenser au moins 3% de leurs fonds dans l’aide alimentaire et l’assistance matérielle de base afin de lutter contre les formes d’extrême pauvreté qui contribuent le plus à l’exclusion sociale.

Citation

Le rapporteur David Casa (PPE, MT) a déclaré: "Aujourd’hui, nous avons adopté un texte équilibré et nous avons garanti les priorités du Parlement. Le FSE+ est le principal instrument de l’UE pour construire une Union plus sociale et inclusive. Cela est plus essentiel que jamais au vu des conséquences de la pandémie de COVID-19 et le Fonds jouera un rôle important dans la relance. Le Parlement surveillera désormais de près l’utilisation réelle du FSE+ dans toute l’Europe."

Prochaines étapes

Suite à l’approbation du Parlement, le règlement entrera en vigueur le vingtième jour suivant sa publication au Journal officiel de l’UE. Le volet emploi et innovation sociale s’appliquera rétroactivement.

Contexte

Le nouveau Fonds social européen+ (FSE+), d'un montant de 87,995 milliards d'euros en prix de 2018, intègre en un seul instrument l'ancien Fonds social européen, l'Initiative pour l'emploi des jeunes, le Fonds d'aide européen aux plus démunis (FEAD) et le Programme de l’UE pour l’emploi et l’innovation sociale (EaSI).