Enquête du PE: les fonds de relance de l'UE ne devraient aller qu'aux pays respectant l'État de droit 

Communiqué de presse 
 
 

Partager cette page: 

  • Quatre répondants sur cinq affirment que l'UE ne devrait verser des fonds qu'aux États membres qui respectent l'État de droit et les principes démocratiques 
  • 60% des Européens attendent des projets NextGenerationEU qu'ils aident leur pays à surmonter les dommages économiques et sociaux causés par la pandémie de coronavirus 
  • 41% s'interrogent sur la capacité de leur gouvernement national à utiliser les fonds de manière appropriée 

Dans le dernier sondage d'opinion, 81% des participants affirment que l'UE ne devrait accorder des fonds qu'aux États membres qui respectent l'État de droit et les valeurs démocratiques.

Le Président du PE, David Sassoli, a déclaré: "Le Parlement européen a été clair sur le fait que les fonds de relance de l'UE ne doivent pas aller aux gouvernements qui ne respectent pas les valeurs démocratiques fondamentales ou l'État de droit. Cette enquête confirme qu'une majorité écrasante de citoyens européens partage cette opinion. Si vous portez constamment atteinte aux valeurs de l'UE, vous ne devez pas vous attendre à recevoir des fonds européens."


Selon une enquête Eurobaromètre publiée aujourd'hui par le Parlement européen, en amont de l'événement sur l'état de l'Union européenne prévu le 15 septembre, les citoyens soutiennent clairement la transparence et un contrôle efficace des fonds européens distribués dans le cadre du programme NextGenerationEU. D’après l'enquête, 53% d’entre eux sont tout à fait d'accord avec l'idée qu'il doit y avoir un contrôle efficace, et 32% sont plutôt d'accord. Seuls 8% des répondants en moyenne dans l'UE ne partagent pas cette opinion. Cette position est partagée par le Parlement européen, qui évalue actuellement de près les plans nationaux avec la Commission afin de s'assurer que ces fonds sont utilisés conformément aux objectifs d'une société européenne plus verte, plus numérique et plus résiliente.


Les citoyens évaluent positivement les prémisses du programme de relance de l'Union européenne, doté de 800 milliards d'euros: trois citoyens sur cinq (60%) estiment que les projets NextGenerationEU aideront leur pays à surmonter les dommages économiques et sociaux causés par la pandémie de coronavirus. 59% affirment également que le programme aidera leur pays à mieux se préparer aux défis futurs. Dans cette optique, l'enquête montre également que 53% des citoyens européens ont une image positive de l'UE, 19% seulement ayant une image assez ou très négative.


Cependant, les résultats de l'enquête révèlent des inquiétudes dans un certain nombre de pays de l'UE quant à la manière dont les gouvernements nationaux utiliseront réellement ces fonds européens supplémentaires. Alors qu'en moyenne 45% des citoyens font confiance à leurs gouvernements nationaux à cet égard, 41% des personnes interrogées expriment des doutes, ce qui montre des différences significatives en termes de niveaux de confiance au sein de l'UE.


Par ailleurs, l'opinion publique soutient clairement la position prise récemment par le Parlement européen dans le débat sur la nécessité de la conditionnalité, du contrôle et de la transparence.


Cela se reflète dans le soutien continu des citoyens au respect de l'État de droit comme condition à l'octroi de fonds européens. Quatre citoyens sur cinq (81%) sont d'accord pour dire que "l'UE ne devrait accorder des fonds aux États membres qu'à condition que leur gouvernement applique l'État de droit et les principes démocratiques". Les résultats de l'enquête montrent un niveau de soutien élevé et uniforme à cette position dans tous les États membres de l'UE, avec relativement peu de variations. Le respect de l'État de droit est une préoccupation majeure du Parlement européen.


Changement des priorités politiques


Interrogés sur les questions que le Parlement européen devrait poursuivre en tant que priorités politiques, les répondants (43%) placent les actions contre le changement climatique en première place. Les autres priorités considérées par les répondants (qui correspondent aux priorités du Parlement pour la reprise post-pandémique) sont les mesures de lutte contre la pauvreté et l'exclusion sociale (32%), le soutien à l'économie et la création de nouveaux emplois ainsi que la lutte contre le terrorisme (31% chacun). La santé publique ainsi que la migration et l'asile arrivent en quatrième position avec 27% chacun. Il convient de noter que les citoyens hongrois et polonais placent le thème de la "démocratie et de l'État de droit", qui occupe la huitième place en moyenne dans l'UE, en tête de leurs priorités pour le Parlement (2e en Pologne, 3e en Hongrie).

Méthodologie

Cette enquête "Eurobaromètre Flash" a été réalisée pour le Parlement européen par Ipsos European Public Affairs du 17 au 25 août 2021, en ligne, auprès de 26 459 personnes âgées de 15 ans et plus, dans les 27 États membres. La taille de l'échantillon par pays était de 500 interviews au Luxembourg, à Chypre et à Malte, et 1000 interviews dans tous les autres pays de l'UE.


Vous pouvez trouver une présentation détaillée des résultats de l'enquête, des fiches d'information nationales ainsi que les tableaux de données complets en cliquant ici.