Appel à une nouvelle stratégie pour promouvoir la démocratie en Russie 

Communiqué de presse 
Session plénière 
 
 

Partager cette page: 

  • L’UE doit faire la distinction entre le gouvernement russe et le peuple russe 
  • Intensifier les travaux avec les pays partenaires et la société civile pour renforcer les tendances pro-démocratiques en Russie 
  • Imposer des sanctions lorsque cela est nécessaire, contrer les flux d’argent sale et soutenir les militants des droits de l’homme 

L’UE doit repousser les politiques agressives de la Russie tout en préparant le terrain pour une coopération avec un futur pays démocratique, affirme le Parlement.

Évaluant l’état des relations UE-Russie, le Parlement tient à préciser qu’il fait la différence entre le peuple russe et le régime du Président Poutine, qu’il qualifie de "kleptocratie autoritaire en stagnation dirigée par un Président à vie entouré d’un cercle d’oligarques".

Les députés soulignent néanmoins que la Russie peut avoir un avenir démocratique et que le Conseil doit adopter une stratégie européenne pour une Russie démocratique, incluant des incitations et des conditions pour renforcer les tendances démocratiques dans le pays.

Le texte a été adopté par 494 voix pour, 103 contre et 72 abstentions.

Travailler avec les partenaires partageant les mêmes valeurs pour renforcer la démocratie

Selon le Parlement, l’UE doit établir une alliance avec les États-Unis et d’autres partenaires partageant les mêmes valeurs afin de contrer les efforts de la Russie et de la Chine visant à affaiblir la démocratie dans le monde et à déstabiliser l’ordre politique européen. Elle devrait prévoir des sanctions, des politiques contrant les flux financiers illicites et soutenir les militants des droits de l’homme.

Soutenir les pays voisins de la Russie

Concernant l’agression et l’influence de la Russie sur le voisinage oriental de l’UE, l’Union doit continuer à soutenir les pays du "partenariat oriental" tels que l’Ukraine ou la Géorgie, et promouvoir des réformes européennes et les libertés fondamentales dans la région. Par ailleurs, ces efforts devraient contribuer à encourager le soutien russe aux réformes démocratiques.

Réduire la dépendance énergétique de l’UE envers la Russie et lutter contre "l’argent sale" dans l’Union

Le texte estime également que l’UE doit réduire sa dépendance envers le gaz, le pétrole et d’autres matières premières russes, du moins tant que le Président Poutine est au pouvoir. Le pacte vert européen et la promotion de nouvelles ressources joueront un rôle géopolitique essentiel pour atteindre cet objectif.

Les députés souhaitent que l’UE renforce sa capacité à exposer et à arrêter les flux d'argent sale en provenance de Russie, ainsi qu'à exposer les ressources et les actifs financiers que les autocrates et les oligarques liés à un régime ont cachés dans les États membres.

Craintes avant les élections parlementaires russes de 2021

Les députés concluent en demandant que l'UE soit prête à ne pas reconnaître le parlement russe si les élections de septembre 2021 violent les principes démocratiques et le droit international.

Citation

Après le vote, le rapporteur Andrius Kubilius (PPE, LT) a déclaré: "La Russie peut être une démocratie. Notre première tâche consiste à défendre le principe de la "démocratie avant tout" dans les relations de l'UE avec la Russie. L'UE et ses institutions doivent travailler en partant du principe que le changement est possible dans le pays. Elles doivent également faire preuve de plus de courage en adoptant une position ferme vis-à-vis du régime du Kremlin lorsqu'il s'agit de défendre les droits de l'homme. C'est là tout l'enjeu de l'engagement stratégique avec le peuple russe. Il s'agit de mettre fin à la répression intérieure, de rendre le choix au peuple et de libérer tous les prisonniers politiques."

Il a ajouté: "Par ailleurs, l’UE ne devrait pas reconnaître la Douma et devrait demander la suspension du pays des assemblées parlementaires internationales, notamment celles du Conseil de l’Europe, si les élections législatives russes de cette semaine étaient reconnues comme frauduleuses. La répression constante du Kremlin à l’encontre de tous les candidats d’opposition, des médias libres et des ONG porte atteinte au caractère légitime et équitable de ces élections. Le peuple russe doit avoir le droit de choisir et de voir ses choix appliqués, comme dans tout autre pays démocratique."