Salaire minimum: feu vert pour lancer les négociations avec le Conseil 

Communiqué de presse 
Session plénière 
 
 

Partager cette page: 

  • Un salaire minimum devrait garantir un niveau de vie décent 
  • La négociation collective devrait être renforcée dans les pays où elle couvre moins de 80% des travailleurs 
  • Nécessité de respecter les prérogatives nationales et l’autonomie des partenaires sociaux dans la fixation des salaires 

Les députés ont décidé d’entamer les négociations sur une directive qui garantira à tous les travailleurs de l’UE un salaire minimum équitable.

Le Parlement a approuvé le mandat ayant fait l’objet d’un accord en commission de l’emploi et des affaires sociales par 443 voix pour, 192 contre et 58 abstentions. Les négociations pourront débuter dès que le Conseil aura adopté sa propre position.


Le projet de directive sur un salaire minimum vise à établir des exigences minimales afin de garantir une rémunération offrant des conditions de vie décentes aux travailleurs et à leurs familles. Cela peut être réalisé via un salaire minimum légal (le niveau de salaire le plus bas autorisé par la loi) ou en permettant aux travailleurs de négocier leur salaire avec leurs employeurs via la négociation collective.


Le Parlement souhaite également renforcer et étendre la couverture de la négociation collective en obligeant les États membres ayant moins de 80% des travailleurs couverts par ces accords à prendre des mesures concrètes pour promouvoir cet instrument.


Contexte

La décision de la commission de l’emploi d’entamer les négociations avec le Conseil a été annoncée à l’ouverture de la session à Strasbourg lundi. Plus de 71 députés s’étant opposé à cette décision avant mardi minuit, un vote sur le mandat a été ajouté à l’ordre du jour.