Lutte contre le racisme: mettre fin à la ségrégation dans les écoles et stopper la xénophobie dans les médias 

Communiqué de presse 
Session plénière 
 
 

Partager cette page: 

  • Les médias qui font la promotion des discours de haine et de la xénophobie ne doivent pas bénéficier de financements européens et nationaux 
  • Réviser les programmes éducatifs pour lutter contre les stéréotypes discriminatoires 
  • Des recommandations européennes pour combattre le racisme dans le sport; les États membres devraient imposer de réelles sanctions 
Les programmes scolaires devraient être révisés afin d'inclure l’histoire des minorités européennes. ©Adobe Stock/Monkey Business  

Les politiques publiques sur la culture, les médias, l’éducation et le sport devraient être utilisées pour éliminer le racisme structurel et promouvoir les valeurs de tolérance.

Dans une résolution adoptée mardi par 495 voix pour, 109 contre et 92 abstentions, les députés appellent les médias à mettre un terme à la diffusion de récits stigmatisants qui déshumanisent les membres de groupes ethniques ou raciaux particuliers, par exemple en ciblant les migrants comme étant la source de divers problèmes socio-économiques. Ils proposent de mettre fin au financement par l’UE et les États des médias qui, selon les autorités compétentes, encouragent les discours de haine et la xénophobie.

Par ailleurs, ils proposent que les instances de régulation de l’audiovisuel soient habilitées à prononcer des sanctions si des programmes promeuvent des contenus racistes.

Réviser les programmes scolaires, mettre fin à la ségrégation dans les écoles et restituer les œuvres culturelles

Les députés demandent que les programmes d’enseignement fassent l’objet d’une révision afin de lutter activement contre les préjugés et de supprimer les stéréotypes entraînant de la discrimination. L’histoire des minorités européennes devraient être incluses dans les programmes scolaires. Des auteurs, des historiens, des scientifiques, des artistes et d'autres personnalités de diverses origines raciales et ethniques devraient être inclus dans les principaux matériels pédagogiques, estiment les députés.

Le Parlement appelle à l’élimination de la ségrégation raciale et ethnique qui persiste dans les systèmes éducatifs de certains pays de l’UE. Le personnel enseignant issu de groupes minoritaires devrait bénéficier d’une égalité d’accès aux postes d’enseignement, affirment les députés.

De plus, les États membres doivent faire en sorte que les enseignants possèdent les compétences nécessaires pour promouvoir l’inclusion et lutter contre la discrimination dans le système scolaire. Des programmes pour l’apprentissage tout au long de la vie devraient également être proposés aux fonctionnaires et aux forces de l’ordre afin d’éliminer les comportements racistes et xénophobes.

Les députés encouragent aussi les États membres à mettre en place des programmes pour restituer les œuvres et objets culturels soit à leur pays d’origine, soit à d’autres institutions culturelles appropriées, et demandent à la Commission européenne de faciliter le dialogue à cette fin.

Haine dans le sport: tolérance zéro

Les députés insistent sur une "approche de tolérance zéro" vis-à-vis du racisme, des discours haineux et de la violence dans le sport. Ils invitent instamment la Commission et les États membres à adopter des sanctions efficaces et à soutenir les victimes, ainsi qu’à protéger de toutes représailles les sportifs qui dénoncent le racisme ou s’expriment en faveur de la diversité. Ils souhaitent que la Commission élabore des lignes de conduite afin de lutter contre le racisme dans les organisations sportives à l’échelle locale, régionale, nationale et européenne, ainsi que de favoriser l’inclusion et le respect.

Citation

La rapporteure Salima Yenbou (Verts/ALE, FR) a déclaré: "Nous devons lutter activement contre le racisme, afin que nos filles et nos fils n'aient plus à se demander s'ils ont leur place dans notre société. Afin de construire un avenir meilleur, nous devons connaître et comprendre notre histoire. C'est pourquoi il est important que les étudiants en apprennent davantage sur le colonialisme, l'esclavage, le génocide et tous les phénomènes liés. Il faut mettre fin aux médias qui diffusent des propos racistes sur les migrants et les réfugiés, ainsi qu'aux contenus qui sont racistes, qu’ils soient intentionnels ou non."

Contexte

Selon l'Agence des droits fondamentaux de l'UE, 45% des personnes d'origine nord-africaine, 41% des Roms et 39% des personnes d'origine subsaharienne en Europe sont victimes de discrimination en raison de leur origine ethnique ou de leur immigration.

Selon l'Eurobaromètre 2019, plus de la moitié des Européens estiment que la discrimination raciale est répandue dans leur pays, "être Rom" (61% des répondants), "l'origine ethnique" (59%) et "la couleur de la peau" (59%) étant les trois principaux motifs de discrimination identifiés par les citoyens.