Premier ministre irlandais: une action unilatérale sur le protocole sur l’Irlande du Nord serait très dommageable 

Communiqué de presse 
 
 

Partager cette page: 

Le Premier ministre irlandais, Micheál Martin, s’est adressé aux députés lors du débat ‘‘This is Europe’’. © European Union 2022  

Mercredi, lors du débat ‘‘This is Europe’’ à Strasbourg, les députés ont exprimé leur solidarité avec l’Irlande concernant ses négociations avec le Royaume-Uni sur un accord post-Brexit.

En accueillant le Premier ministre irlandais, Micheál Martin, en plénière ce matin, la Présidente du PE, Roberta Metsola a déclaré à propos de la question du protocole sur l’Irlande du Nord: ‘‘La renégociation du protocole n’est pas une option. Le PE a réitéré son soutien sans faille au protocole à de multiples occasions et nous restons pleinement engagés au maintien de la paix sur l’île d’Irlande.’’

Au sujet de la guerre en Ukraine, la Présidente Metsola a salué le gouvernement irlandais pour avoir été le premier pays de l’UE à lever les exigences de visa pour les Ukrainiens et pour avoir accueilli près de 30 000 réfugiés ukrainiens.

Soulignant l’importance de l’adhésion à l’UE comme outil de promotion de la démocratie, de la paix et de la sécurité en Europe, le Premier ministre irlandais a indiqué: ‘‘Je soutiens avec force la demande d’adhésion de l’Ukraine et j’attends avec impatience l’avis de la Commission. J’espère que lors de la réunion du Conseil européen en juin, il sera possible d’envoyer un message clair et positif au peuple ukrainien.’’

À la suite de l’inauguration avec la Présidente Metsola mardi soir d’une statue de l’ancien eurodéputé et lauréat du Prix Nobel de la paix John Hume, M. Martin a rendu hommage au soutien ‘‘on ne peut plus clair’’ du Parlement européen à l’accord du Vendredi Saint.

"Une action unilatérale visant à mettre de côté un accord solennel serait profondément dommageable, a-t-il appuyé, faisant référence aux discussions en cours avec le gouvernement britannique sur le protocole relatif à l'Irlande du Nord. Elle marquerait un plus bas historique et témoignerait d'un mépris pour les principes essentiels des lois qui sont le fondement des relations internationales. Et ce ne serait vraiment au bénéfice de personne."

En ce qui concerne le débat sur l'avenir de l'Europe, M. Martin a déclaré: ‘‘Mon gouvernement est prêt au débat. Il s'efforcera de façonner de manière constructive notre nouvel avenir et est ouvert à la modification du traité si cela s'avère nécessaire. Toutefois, nous devons d'abord faire ce que nous pouvons dans le cadre existant."

Pour revoir les remarques d’ouverture de la Présidente Metsola, cliquez ici. Pour revoir le discours du Premier ministre irlandais, cliquez ici.

Chefs des groupes politiques

Dans leur réponse au discours de M. Martin, les députés ont réaffirmé la solidarité du Parlement avec l'Irlande pour faire face aux conséquences du Brexit, tout en soulignant qu'ils continueront à défendre les intérêts de l'Irlande. Ils ont souligné que la négociation de bonne foi est le seul moyen de parvenir à une résolution mutuellement satisfaisante, et qu'ils restent préoccupés par la position et le manque de bonne foi du gouvernement britannique. Sur l'avenir de l'Europe, ils ont appelé à une Convention pour permettre aux traités de l'UE de s'adapter et d'évoluer. Au sujet de la crise climatique, les députés ont demandé à l'Irlande de contribuer à la transition climatique, le leadership de l'UE étant crucial pour que l'Europe soit prospère à l'avenir. Vous pouvez revoir les discours des chefs des groupes politiques ici.

Pour revoir l’ensemble du débat, cliquez ici.

Contexte

Il s'agissait du troisième d'une série de débats sur l'UE intitulée "This is Europe" et portant sur un programme commun pour l'avenir de l'Europe. Le premier s'est tenu avec Kaja Kallas, Première ministre d’Estonie, lors de la session plénière de mars, et le second avec le Premier ministre italien Mario Draghi en mai.