Kyriakos Mitsotakis: ‘‘Il est temps de se battre pour l’identité et la stabilité de l’Europe’’ 

Communiqué de presse 
 
 

Partager cette page: 

Le Premier ministre grec a appelé à davantage d’intégration européenne dans les domaines de l’énergie et de la défense. ©EU 2022  

Mardi, en s’adressant aux députés lors du cinquième débat ‘‘C’est l’Europe’’, le Premier ministre grec s’est concentré sur la nécessité d’élargir et de renforcer l’UE.

Dans son discours, le Premier ministre grec, Kyriakos Mitsotakis, a déclaré que son pays avait souffert plus que tout autre ces dernières années, mais qu’il était finalement capable de surmonter les défis politiques et économiques qui ont failli mener à sa sortie de l’euro. Désormais, en plus d’être parmi les pays dont la croissance est la plus forte en Europe, la Grèce est aux avant-postes du combat pour l’avenir de l’UE - dans la réponse de l’UE à la pandémie, ainsi que dans la protection des frontières extérieures contre l’instrumentalisation des migrants faite par la Turquie et ses agressions vis-à-vis de la Grèce et de Chypre.

Demandant plus de solidarité sur ces questions, il a également appelé à l’élargissement de l’UE aux Balkans occidentaux, ainsi qu’à une plus forte intégration, notamment dans les domaines de l’énergie et de la défense. Il a souligné le rôle qu’était prête à tenir la Grèce pour renforcer l’autonomie énergétique et la transition verte de l’UE, via une série d’infrastructures et d’initiatives de coopération en Méditerranée orientale. Évoquant la guerre russe contre l’Ukraine, il a souligné qu’il n’y avait qu’un camp à soutenir, celui de la démocratie, de la justice, de la paix et du droit international. Cela signifie soutenir l’Ukraine et empêcher tout fait accompli qui créerait un précédent dangereux pour d’autres forces révisionnistes.

Kyriakos Mitsotakis a confirmé qu’il était en faveur d’une action coordonnée pour freiner la hausse fulgurante des prix de l’énergie, ce qui protégerait également l’UE en limitant l’espace des discours populistes. L’UE doit protéger la liberté et la prospérité pour lesquelles les générations précédentes se sont battues tout en continuant à construire une identité européenne et à se battre pour une stabilité durable, a-t-il conclu.

Pour revoir l’introduction de la Présidente Metsola et le discours du Premier ministre grec, cliquez ici.

Interventions des députés

En réponse au discours de M. Mitsotakis, certains députés se sont concentrés sur les succès du gouvernement grec en matière d’économie, et le rôle important joué par la Grèce dans la protection des frontières extérieures de l’UE. D’autres ont souligné que le taux de chômage demeurait très élevé et ont demandé davantage d’investissements verts et sociaux, notamment à destination des jeunes. Quelques-uns ont évoqué le grand nombre de rapports faisant état de refoulements illégaux de demandeurs d’asile et les inquiétudes relatives au respect des valeurs de l’UE par le pays ces derniers temps, en particulier de l’État de droit et de la liberté des médias.

Pour revoir les interventions des chefs des groupes politiques et les remarques de conclusion du Premier ministre grec, cliquez ici.

Pour revoir le débat dans son ensemble, cliquez ici.

Il s’agissait du cinquième d’une série de débats sur l’UE (‘‘C’est l’Europe’’), après les échanges avec la Première ministre estonienne Kaja Kallas en mars, le Premier ministre italien Mario Draghi en mai, et le Premier ministre irlandais Micheál Martin et le Premier ministre croate Andrej Plenković en juin.