Assassinat de Daphne Caruana Galizia: responsabilité et réformes défaillantes 

Communiqué de presse 
 
 

Partager cette page: 

  • Malgré des évolutions positives à Malte, des inquiétudes demeurent 
  • Toutes les personnes impliquées dans son assassinat doivent être traduites en justice 
  • Absence de progrès dans les poursuites contre la corruption de haut niveau et le blanchiment de capitaux 
Cinq ans après l’assassinat de Daphne Caruana Galizia, les députés réitèrent leur appel à la justice et aux réformes. ©AFP/A. Solaro  

Cinq ans après son assassinat, les députés rendent hommage à la journaliste et font le point sur l’État de droit, le crime organisé et la corruption à Malte.

Dans une résolution adoptée jeudi par 564 voix pour, 10 contre et 17 abstentions, le Parlement prend acte des progrès réalisés dans les procédures judiciaires en cours et des excuses publiques du Premier ministre maltais pour les manquements de l’État qui pourraient avoir rendu possible l’assassinat de Daphne Caruana Galizia.

Néanmoins, les députés regrettent profondément que les enquêtes n’aient abouti qu’à trois condamnations liées à l’exécution de l’assassinat. Ils insistent pour que toutes les personnes impliquées, à tous les niveaux, soient traduites en justice et affirment que ‘‘la pleine participation constante d’Europol’’ est requise.

Les députés sont par ailleurs particulièrement préoccupés, par la mise en œuvre lacunaire des recommandations du rapport final de l’enquête publique sur l’assassinat, un an après sa publication, malgré un certain nombre de réformes présentées par le gouvernement. Ils sont affligés par l’absence de progrès dans la poursuite de faits de corruption de haut niveau et de blanchiment d’argent sur lesquels Daphne Caruana Galizia enquêtait, et sont très préoccupés par ‘‘les défaillances institutionnelles des services répressifs et de la justice’’, notamment par les récentes révélations sur l’inaction répétée concernant le mandat d’arrêt européen.

Le Parlement exprime un certain nombre d’autres inquiétudes, notamment:

- la lenteur et l’inefficacité des procédures d’enquête et de justice;

- les allégations de blanchiment d’argent et de corruption;

- le nombre relativement faible de cas transmis au Parquet européen et le manque de coopération de la part des autorités maltaises;

- l’impunité dont bénéficient l’ancien Premier ministre, son chef de cabinet et l’ancien ministre du tourisme; et

- les obstacles à la liberté et au pluralisme des médias.

Les députés saluent les ressources supplémentaires permettant de soutenir les enquêtes et les poursuites, les réformes liées aux procédures de nomination des juges et du bureau et du rôle du procureur général, plusieurs propositions gouvernementales visant à améliorer la liberté des médias (qui devraient toutefois garantir le respect des normes européennes et internationales pertinentes) ainsi que l’amendement de la loi maltaise sur la protection des lanceurs d’alerte.

Contexte

Chaque année en octobre, le Parlement remet le Prix Daphne Caruana Galizia récompensant un journalisme d’excellence qui promeut ou défend les valeurs et principes fondamentaux de l’UE tels que la dignité humaine, la liberté, la démocratie, l’égalité, l’État de droit et les droits humains. Cette année, le prix a été remis à Clément Di Roma et Carol Valade pour leur documentaire ‘‘Centrafrique: le soft power russe’’.