Návrat na portál Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (vybraté)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Zoznam 
 Úplné znenie 
Rozpravy
Streda, 6. júla 2005 - Štrasburg Prechodná verzia

Afrika, globalizácia, chudoba
MPphoto
 
 

  Marie-Arlette Carlotti (PSE ). Monsieur le Président, et si après ces dernières semaines, assez tristes pour l'Union européenne, celle-ci arrivait à rebondir, justement sur les questions de développement et prouvait qu'elle est à l'avant-garde du combat contre la pauvreté. L'Union est sur la bonne voie avec un double engagement: 0,7% de sa richesse pour l'aide au développement d'ici à 2015 et 50% de cette augmentation pour l'Afrique. Je me réjouis que la présidence britannique mette l'Afrique au cœur de ses préoccupations.

Tony Blair doit profiter également de sa présidence du G8 pour obtenir autre chose que des déclarations d'intention de la part des riches: le seul chèque qu'il doit défendre est celui promis à Monterrey. Pour l'annulation de la dette, il faut aller plus loin, mais en instaurant une prime à la démocratie et il faut trouver, de façon urgente, de nouvelles sources de financement: taxes sur les mouvements de capitaux, sur le commerce des armes, sur les émissions de CO2, peu importe, tout a été évoqué. Il faut désormais conclure car, pour reprendre le slogan de la campagne mondiale contre la pauvreté, "après 2005 nous n'aurons plus d'excuses".

 
Posledná úprava: 8. júla 2005Právne oznámenie