Návrat na portál Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (vybraté)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Zoznam 
 Úplné znenie 
Rozpravy
Utorok, 13. decembra 2005 - Štrasburg Revidované vydanie

Vysvetlenia hlasovania
MPphoto
 
 

  Marie-Arlette Carlotti (PSE ), par écrit . – Bruno Gollnisch a tenu, le 11 octobre 2004, lors d'une conférence de presse, des propos tendant à mettre en doute l'existence des chambres à gaz.

Ces crimes sont pourtant des faits historiques. Le nier ou le contester est un délit. Et c'est à la justice française de se prononcer, conformément à la loi Gayssot qui interdit l'expression publique d'un discours contestant l'existence de crimes contre l'humanité.

Bien sûr, la liberté d'expression doit être garantie pour un parlementaire. Mais l'enjeu de ce vote est de mettre un homme, professeur d'université, face à ses responsabilités.

C'est pourquoi je voterai en faveur de la levée de l'immunité parlementaire de Bruno Gollnisch. Pour l'immense majorité des parlementaires européens, ce vote est porteur d'un message: le négationnisme n'a pas sa place dans l'Europe du "plus jamais ça".

 
Posledná úprava: 25. apríla 2006Právne oznámenie