Index 
 Texte intégral 
Procédure : 2009/0011(CNS)
Cycle de vie en séance
Cycles relatifs aux documents :

Textes déposés :

A6-0259/2009

Débats :

PV 06/05/2009 - 2
CRE 06/05/2009 - 2

Votes :

PV 06/05/2009 - 4.5
Explications de votes
Explications de votes

Textes adoptés :

P6_TA(2009)0352

Débats
Mercredi 6 mai 2009 - Strasbourg Edition JO

2. Soutien au développement rural par le Fonds européen agricole pour le développement rural (Feader) - Programme d’aide à la relance économique par l’octroi d’une assistance financière communautaire à des projets dans le domaine de l’énergie - Accord interinstitutionnel du 17 mai 2006 en ce qui concerne le cadre financier pluriannuel (modification) (débat)
Vidéo des interventions
PV
MPphoto
 
 

  Vladimir Urutchev (PPE-DE ), par écrit . – (BG) Mesdames et Messieurs, le plan européen de relance économique et, dans ce cadre, les presque quatre milliards d’investissements prévus pour des projets énergétiques, arrivent à point nommé. Ils auront au moins un double effet positif: accélérer la reprise dans des secteurs importants pour l’économie et résoudre les problèmes de taille auxquels nous sommes confrontés en matière d’énergie.

La crise du gaz à laquelle nous avons été confrontés récemment a montré sans nul doute possible que la sécurité de notre approvisionnement en énergie dépendait directement de l’interconnexion des infrastructures énergétiques des États membres. C’est la condition sine qua non pour pouvoir venir en aide aux pays touchés. Si nous ne veillons pas à bien raccorder entre eux les systèmes des pays concernés, il ne sera pas non plus possible ni de créer un marché unifié de l’énergie ni d’appliquer le principe de solidarité au sein de l’UE.

La crise économique exige des solutions rapides. C’est pour cette raison que je soutiens le plan proposé, même si je sais très bien que la manière dont les projets sont sélectionnés et dont les moyens sont distribués n’est pas la plus équitable qui soit.

Je souhaiterais évoquer séparément mon soutien au projet de gazoduc Nabucco. En effet, il est grand temps que l’UE s’investisse davantage dans ce projet si nous ne voulons pas passer à côté des possibilités offertes par le gaz de la mer Caspienne en termes de diversification de nos sources d’approvisionnement. J’invite instamment la Commission à intervenir de manière beaucoup plus active, afin d’obtenir des résultats concrets et de faire progresser aussi rapidement que possible le projet Nabucco.

Merci de votre attention.

 
Dernière mise à jour: 8 septembre 2009Avis juridique