Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
Communiqué de presse
 

Les députés veulent que les enfants puissent surfer en toute sécurité sur l'Internet

Jeunesse - 07-09-2005 - 18:26
Partager

La commission de la Culture et de l'Education du Parlement européen plaide pour de nouvelles mesures afin de protéger les enfants des dangers de l'internet.

Dans un rapport préparé par Mme Marielle DE SARNEZ (ADLE, FR) sur la protection des mineurs et de la dignité humaine et le droit de réponse en lien avec la compétitivité de l'industrie européenne des services audiovisuels et d'information et adopté le 11 juillet, les députés estiment que toute action doit associer les représentants politiques, l'industrie, l'école et les parents.
 
 
La commission parlementaire recommande la création d'un nouveau nom de domaine de 2ème niveau baptisé ".kid" (à l'instar des .com ou .org, par exemple) dont le contenu serait réservé aux enfants. Il constituerait un domaine sécurisé soumis au contrôle régulier d'une autorité indépendante. Les députés sont d'avis que la Commission devrait mettre en service un numéro d'appel européen gratuit fournissant des informations sur les moyens de filtrage existants. Grâce à ce numéro vert, il serait plus facile de porter plainte auprès des autorités compétentes ou de signaler l'existence de sites préjudiciables. Ceci permettrait de pallier l'absence de permanences téléphoniques dans certains États membres.
 
Les statistiques les plus récentes montrent que les jeunes passent plus de temps sur l'Internet que devant le petit écran. Et ce sont quelque 260 millions de pages à contenu pornographique qui circulent aujourd'hui sur l'Internet. Mme De Sarnez précise que les informations fournies par quelques États membres (dont l'Irlande, la Suède, la Norvège et le Danemark) indiquent qu'un jeune sur trois fréquentant des forums ou des espaces de discussion (chat) reçoit des avances à caractère sexuel.
 
11.07.2005 Commission de la Culture et de l'Education
       Président : Nikolaos SIFUNAKIS (PSE, EL)
       Procédure : Codécision, 1ère lecture
       Vote en plénière : septembre I (probablement)
 
 
REF.: 20050826IPR01425