Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

Communiqué de presse
 

Plan européen de gestion des cormorans

Pêche - 04-12-2008 - 14:52
Séance plénière
Partager

Par leur grande consommation de poisson, les cormorans menacent les ressources halieutiques, la pêche et l'aquaculture en Europe. Un rapport d'initiative du Parlement appelle la Commission à mettre en place un plan de gestion de cette espèce, dans le but de réduire son impact négatif sur le secteur de la pêche.

A raison d'un besoin quotidien de 400-600 grammes de poisson par individu, les cormorans capturent chaque année plus de 300 000 tonnes de poisson dans les eaux européennes. Dans nombre d'États membres, cela équivaut à plusieurs fois la production annuelle de la pêche professionnelle en eau douce et de l'aquaculture. À titre d'exemple, ce chiffre dépasse la production aquacole de la France, de l'Espagne, de l'Italie, de l'Allemagne, de la Hongrie et de la République tchèque réunies.
 
On estime que la population globale présente en Europe évolue aux alentours de 1,7-1,8 million d'oiseaux (au moins). Cette population conséquente a eu un impact direct sur les effectifs de poissons au niveau local et sur la pêche dans de nombreuses régions de l'Union européenne, à tel point que la présence de cormorans est devenue un problème dans toute l'Europe. Les pertes sont tout particulièrement préoccupantes pour les espèces déjà menacées que sont par exemple l'anguille, l'ombre, le nase commun et autres cyprinidés, ainsi que chez les saumoneaux.
 
Le rapporteur, Heinz Kindermann (PSE, DE) juge que, même si la compétence première en la matière est du ressort des États membres et des structures qui leur sont subordonnées, il est avéré que les mesures purement locales et/ou nationales ne permettent pas de réduire durablement l'impact des cormorans sur les ressources halieutiques européennes et, partant, sur la pêche. "L'adoption d'une position commune, juridiquement contraignante et volontairement mise en œuvre partout en Europe est dès lors non seulement souhaitable, mais aussi indispensable", ajoute-t-il.
 
Mettre en place un plan de gestion de l'effectif de cormorans
 
Le rapport, adopté ce jeudi à 558 voix pour, 7 contre et 18 abstentions, invite la Commission à présenter un plan de gestion de l'effectif de cormorans en plusieurs étapes, coordonné à l'échelle européenne, en sorte d'intégrer à long terme les effectifs de cormorans dans le paysage humain sans compromettre la réalisation des objectifs énoncés dans la directive sur la protection des oiseaux et dans le programme Natura 2000 pour ce qui est des espèces de poissons et des écosystèmes aquatiques. Le Parlement demande instamment à la Commission et aux États membres de réunir les conditions de la mise en place à l'échelle de l'Union européenne d'un plan de gestion des effectifs de cormorans.
 
La Commission est également invitée à examiner tous les moyens juridiques qui s'offrent pour réduire les incidences négatives des populations de cormorans sur la pêche et l'aquaculture et à prendre en considération, dans la préparation de son initiative sur la promotion de l'aquaculture en Europe, les effets positifs d'un plan de gestion des effectifs de cormorans à l'échelle européenne.
 
Etablir un suivi régulier de l'espèce
 
Les députés suggèrent que soit constituée, avec la participation de centres de recherches sur la pêche et des administrations de la pêche et au moyen d'un contrôle systématique des effectifs de cormorans effectué avec le soutien de l'Union européenne et des États membres, une base de données sûre, fiable, incontestée et actualisée chaque année sur l'évolution, le nombre et la répartition géographique des effectifs de cormorans en Europe.
 
Ils appellent la Commission et les États membres à affecter les crédits inscrits dans le budget de l'UE en faveur de la collecte de données dans le secteur de la pêche, notamment sur la ligne "Appui à la gestion des ressources halieutiques (amélioration de l'avis scientifique)", à des enquêtes, des analyses et des études prévisionnelles sur l'effectif des cormorans dans l'Union européenne dans la perspective d'un suivi régulier de ces espèces d'oiseaux.
 
Le rapport adopté par le Parlement invite la Commission à commander par appel d'offres et à financer une étude scientifique ayant pour objet de livrer une méthode d'estimation de la taille et de la structure de la population totale de cormorans.
 
Enfin, les députés demandent à la Commission d'instituer un groupe de travail ayant pour mandat obligatoire de passer systématiquement en revue durant une année les positions et les arguments des parties prenantes pour ou contre un plan de gestion des cormorans à l'échelle de l'ensemble de l'Europe, d'apprécier leur crédibilité selon des critères logiques et scientifiques et de formuler une recommandation. Le groupe de travail sera composé de parties prenantes en fonction de la mesure dans laquelle cette problématique les affecte.
 
 
 
Vous trouverez, dès sa disponibilité, le texte adopté tenant compte des amendements éventuels, à l'adresse ci-dessous, en cliquant dans le calendrier sur le jour du vote (04.12.2008).
 
REF.: 20081203IPR43676

En savoir plus :