Introduction du Président David Sassoli à la Semaine parlementaire européenne 2021 

 

Discours du Président du Parlement européen

"Je suis très heureux de pouvoir m'adresser à vous aujourd'hui, en compagnie du président Rodrigues de l’Assemblée de la République et des principaux orateurs qui ont accepté de participer à cette session plénière pour ouvrir la nouvelle édition de la Semaine parlementaire européenne, afin de partager mes espoirs et ma vision sur les sujets que nous allons aborder.”

 

"Les circonstances dans lesquelles nous organisons cet événement sont, bien sûr, particulières. Aujourd'hui, le monde est en guerre contre un virus qui met à l'épreuve les valeurs mêmes sur lesquelles la coopération internationale a été fondée après la Seconde Guerre mondiale : la liberté, la prospérité et la paix.”

 

"Ce sont sans aucun doute ces défis qui ont créé le cadre institutionnel de la coopération internationale après la Seconde Guerre mondiale : permettre une action collective efficace face à des problèmes transfrontaliers qu'aucun État ne peut résoudre seul. Nous avons plus que jamais besoin de l'Europe et du multilatéralisme, de la coopération internationale, même si ces formidables avancées politiques et institutionnelles ont parfois été sapées par des gouvernements populistes de part et d'autre de l'Atlantique.”

 

"Ne cachons pas la vérité sur les causes de cette pandémie. Elle est le résultat direct d'un modèle économique qui favorise l'exploitation imprudente et excessive de nos ressources naturelles et qui entraîne une déforestation massive, une agriculture intensive, l'urbanisation, la pollution, l'appauvrissement de la biodiversité, etc. Affectant simultanément le monde entier, cette pandémie est aussi l'occasion de prendre conscience de notre destin humain commun. En outre, par ses conséquences économiques et sociales, la pandémie a conduit à l'exacerbation des inégalités et menace ainsi la cohésion de nos sociétés européennes.”

 

"Des secteurs entiers de nos économies ont été fermés ou ont fait faillite. La pandémie a touché les plus vulnérables, les personnes âgées, les personnes isolées, les femmes, les jeunes et les handicapés, et n'a fait qu'accroître les inégalités en Europe, dont les niveaux étaient déjà en hausse avant même la pandémie.”

 

"La pandémie a accru les inégalités au sein des sociétés au niveau national, mais a également creusé le fossé économique et social entre les États membres.”

 

"L'Europe a répondu avec détermination à cette urgence économique et sociale. L'accord du Conseil européen du 21 juillet est historique : pour la première fois dans l'histoire de l'Union européenne, des transferts budgétaires massifs, financés par un emprunt commun contracté au nom de l'Union européenne, sont dirigés vers les États membres de l'Union. Ces flux financiers constituent donc un puissant mécanisme de solidarité au niveau européen. Toutefois, si nous voulons que ces ressources soutiennent réellement nos économies qui ont été gravement touchées, il vous appartient, à vous, parlements nationaux, de faire un effort urgent : ratifier la décision de relever le plafond des ressources propres pour le budget de l'UE. Ce n'est qu'ainsi que la Commission européenne pourra procéder à la collecte des ressources nécessaires à la relance sur les marchés.”

 

"Dans le cadre de cet accord, il nous appartient également aujourd'hui de répondre aux changements demandés par cette pandémie que nous pensions passagère. Je crois que l'Europe doit être animée par un souci de préservation de l'environnement qui doit s'accompagner, a fortiori dans le contexte actuel de la pandémie, de la préservation de la cohésion des sociétés qui composent l'Union européenne à travers la lutte contre les inégalités.

 

"Le paquet "Next Generation" de l'UE se concentre précisément sur les investissements nécessaires à la transformation de notre processus de production afin de faire face aux défis environnementaux. Le changement climatique ne peut être dissocié de la justice sociale et de la lutte contre les inégalités. En effet, les inégalités et la pauvreté alimentent la crise écologique, alors que nous constatons que les sociétés plus égalitaires ont une meilleure situation environnementale et une plus grande capacité à devenir plus durables.

 

"Dans ce contexte, je pense qu'il est nécessaire de repenser les outils de la gouvernance économique européenne afin qu'elle puisse soutenir les investissements dans l'énergie, la transition numérique et la lutte contre les inégalités. C'est pourquoi je pense que nous devons réfléchir à la nécessité de maintenir la clause de sauvegarde, qui ne suspend pas le pacte de stabilité et de croissance mais qui doit rester en vigueur jusqu'à ce que l'état de l'économie justifie sa désactivation. En outre, dans les prochains mois, nous devrions prendre des décisions importantes car, compte tenu de la situation économique, 25 États membres risquent théoriquement d'ouvrir une procédure de déficit excessif.

 

"Je pense que l'ouverture de telles procédures serait un signal négatif pour la crédibilité de nos règles.

 

"Comme je l'ai dit, je pense qu'il est utile d'approfondir la réflexion déjà entamée par la Commission européenne avant le déclenchement de la pandémie sur l'avenir de la gouvernance économique et des règles budgétaires.

 

"Mais maintenant, il faut tout d'abord relancer l'action commune dans le domaine de la santé avec une attention particulière à la campagne de vaccination

 

"Ces derniers mois, nous avons assisté à des efforts sans précédent pour trouver un vaccin contre le Covid-19, avec déjà 3 vaccins approuvés en Europe, et bien d'autres en préparation. En décembre, nous avons célébré les cinq ans de l'accord de Paris, mais l'urgence climatique et environnementale reste aussi pressante aujourd'hui qu'il y a cinq ans.

 

"Notre nouvelle stratégie de croissance, soutenue par la facilité de relance et de résilience, peut être le moteur du changement pour les décennies à venir et, pour cela, nous devons aligner les plans économiques et les mesures de relance, en particulier sur les objectifs de développement durable des Nations unies.

 

"Les décisions prises maintenant sur la manière dont les ressources des plans de relance seront allouées détermineront l'orientation de l'Europe pour les années à venir, pour les générations futures.

 

"Et c'est précisément pour cette raison que l'échange que nous aurons aujourd'hui est décisif pour nos actions communes, notamment dans la préparation des mesures de relance. Apprendre les uns des autres peut être d'une grande valeur et ce type d'échange de vues entre les membres de tous les parlements de l'UE peut donc jouer un rôle important. "