Les objectifs de Barcelone revisitée

15-11-2013

En 2002 à Barcelone, le Conseil européen a décidé de définir des objectifs quant à la disponibilité de services d'accueil de la petite enfance. Les États membres se sont engagés à fournir à l'horizon 2010 des places d'accueil pour au moins 90 % des enfants ayant entre trois ans et l'âge de la scolarité obligatoire, et pour au moins 33 % des enfants de moins de trois ans. L'atelier organisé par le département thématique fait le point de la situation en Allemagne, en Belgique, en France, en Lettonie, aux Pays-Bas et en Slovaquie. Des analyses présentent en outre les répercussions de la crise, ainsi que la mesure dans laquelle l'offre de services d'accueil des jeunes enfants a été couplée à d'autres politiques afin d'encourager l'emploi des femmes et la conciliation des vies professionnelle et familiale.

En 2002 à Barcelone, le Conseil européen a décidé de définir des objectifs quant à la disponibilité de services d'accueil de la petite enfance. Les États membres se sont engagés à fournir à l'horizon 2010 des places d'accueil pour au moins 90 % des enfants ayant entre trois ans et l'âge de la scolarité obligatoire, et pour au moins 33 % des enfants de moins de trois ans. L'atelier organisé par le département thématique fait le point de la situation en Allemagne, en Belgique, en France, en Lettonie, aux Pays-Bas et en Slovaquie. Des analyses présentent en outre les répercussions de la crise, ainsi que la mesure dans laquelle l'offre de services d'accueil des jeunes enfants a été couplée à d'autres politiques afin d'encourager l'emploi des femmes et la conciliation des vies professionnelle et familiale.

Auteur externe

Janneke Plantenga (Utrecht University School of Economics), Alexandra Scheele (Brandenburgische Technische Universität Cottbus-Senftenberg), Jan Peeters (Centre for Innovation in the Early Years, Ghent University), Olga Rastrigina (Institute for Social and Economic Research, University of Essex), Magdalena Piscová (Slovak Academy of Sciences, Bratislava) and Olivier Thévenon (Institut national d’études démographiques, Paris)