Brexit : soutien de l'UE pour atténuer l'impact socioéconomique

Un fonds européen de 5 milliards d'euros soutiendra les personnes, les entreprises et les pays affectés par le retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne.

Arrivée de camions via le tunnel sous la Manche au port de Calais
Arrivée de camions via le tunnel sous la Manche au port de Calais ©AFP/FRANCOIS LO PRESTI

La fin de la période de transition, le 30 décembre 2020, a marqué la fin de la libre circulation des personnes, des biens, des capitaux et des services entre l'UE et le Royaume-Uni, entraînant pour chacun de nombreuses conséquences négatives, sociales comme économiques.


Afin d’aider les Européens à s'adapter aux changements, les dirigeants de l'UE ont convenu en juillet 2020 de créer la réserve d'ajustement au Brexit, d’un montant de cinq milliards d’euros (en prix de 2018) à verser jusqu'en 2025. Les pays de l'UE commenceront à recevoir ces fonds d'ici décembre, suite au feu vert donné par le Parlement européen le 15 septembre lors d'un vote en plénière.

Quelle somme sera octroyée à mon pays ?


Chaque pays de l’UE sera soutenu par la réserve. Cependant, le financement sera différent d’un pays à l’autre en fonction du niveau de dommages engendrés par le Brexit. En suivant ce principe, l'Irlande sera le premier pays bénéficiaire, suivi des Pays-Bas, de l'Allemagne, de la France et de la Belgique.


Trois facteurs sont pris en compte pour déterminer le montant que chaque pays recevra : l’importance du commerce avec le Royaume-Uni, l’importance des pêcheries dans la zone économique exclusive du Royaume-Uni et la population vivant dans les régions maritimes frontalières avec le Royaume-Uni.


Réserve d'ajustement au Brexit

Infographic explaining the Brexit Adjustment Reserve
Ventilation par pays

Que financera la réserve ?


Pour être éligibles à l’aide, les mesures doivent être spécifiquement mises en place pour contrer les conséquences négatives de la sortie du Royaume-Uni de l'UE. Elles peuvent par exemple soutenir :


  • la création d'emplois, y compris les programmes de travail à court terme, la requalification et la formation professionnelle
  • la réintégration des citoyens de l'UE ayant quitté le Royaume-Uni suite au Brexit
  • les entreprises (surtout les PME), les indépendants et les collectivités locales
  • le fonctionnement des contrôles frontaliers, douaniers, sanitaires, phytosanitaires et de sécurité, des systèmes de certification et d'octroi de licences.



La réserve soutiendra les dépenses publiques engagées du 1er juillet 2019 au 31 décembre 2023



Secteur de la pêche et secteur bancaire


Les gouvernements nationaux sont libres de décider des domaines dans lesquels ils souhaitent investir les fonds reçus. Cependant, les pays qui dépendent fortement de la pêche dans les eaux de la « zone économique exclusive » (ZEE) du Royaume-Uni doivent consacrer un montant minimum de leur allocation nationale à la pêche côtière à petite échelle, ainsi qu'aux communautés locales et régionales qui dépendent des activités de pêche.


Les secteurs bancaire et financier, qui pourraient bénéficier du Brexit, sont exclus du soutien.